La Ciotat, première plage non fumeur

Cet été, les mégots partent en fumée ! La plage Lumière à la Ciotat (Bouches-du-Rhône) est la première en France à devenir non-fumeur. Une mesure radicale plutôt bien accueillie par les vacanciers et les locaux.

« Est-ce que l’interdiction, c’est la solution ? », se demande Nathalie Van Den Broeck. Si cette responsable régionale de l’association de protection du littoral Surfrider Foundation, admet que cette « initiative (de la ville) pour limiter les mégots sur la plage, c’est une très bonne chose », elle s’interroge sur la méthode.

A la mairie, on se défend en expliquant que « la prévention et même la distribution des cendriers de plage n’étaient pas suffisantes. » Aujourd’hui, pour Noël Collura, adjoint au maire chargé de l’environnement, l’objectif est de « ne plus avoir de mégots sur la plage. » Cette initiative, la mairie la prend avant tout pour les enfants, premiers à jouer dans le sable où ils déterrent mégots de cigarette ou autres déchets.

A l’entrée de la plage, un panneau de zone non-fumeur indique aux baigneurs la particularité du lieu. Et que deviennent les fumeurs ? « Les gens peuvent se baigner et aller fumer au niveau des cendriers » situés à l’entrée, ajoute Noël Collura. En cas de faute, pas de verbalisation : la police municipale et la police de l’environnement veillent avant tout à sensibiliser.

Outre Atlantique, les Américains sont déjà experts en matière de plage non-fumeur. Los Angeles, Chicago et même New-York ont interdit le tabac dans plusieurs lieux publics extérieurs (parcs et plages) l’année dernière. Mais dans la Big Apple, qui compte 22 km de plage, enfreindre le loi coûte cher : 50 dollars, selon le quotidien New York Times.

En France, l’initiative est plutôt bien accueillie par les habitants, comme en témoignent ces vacanciers interviewés par BFM TV.

Source interviews : AFP

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone