La chasse à la baleine suspendue en Islande

Subissant une forte pression, l’unique chasseur de baleines islandais, Kristjan Loftsson, a renoncé à poursuivre les cétacés jusqu’au mois de juillet, date de la prochaine réunion de la Commission baleinière internationale. Cette nouvelle a réjoui l’IFAW (Fond international pour la protection des animaux).

« Avec la menace de sanctions des Etats-Unis et une Union européenne fermement opposée à la chasse à la baleine, il semble que M. Loftsson ait finalement admis qu’il n’y avait pas de raison valable justifiant de continuer à tuer des rorquals communs, a déclaré Robbie Marsland, directeur d’IFAW Royaume-Uni. Espérons qu’il les laisse définitivement vivre en paix. »

Cette décison, visiblement temporaire, est essentiellement due au ralentissement des échanges commerciaux avec le Japon, unique acheteur légal potentiel. Si 5 % des islandais consomment de la viande de ce cétacé, le marché pour le rorqual commun y est inexistant. Cela n’empêche pas Kristjan Loftsson de poursuivre son activité : l’IFAW estime qu’au cours des cinq dernières années, il a abattu près de 280 rorquals communs, une espèce protégée et considérée comme menacée par l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature).

Ce commerce dessert même l’Islande au niveau international puisque les Etats-Unis envisagent de sanctionner la chasse islandaise au rorqual commun. L’Allemagne et les Pays-Bas s’opposent quant à eux à ce que le pays rejoigne l’Union européenne si elle continuait cette activité.

« Cela fait huit ans qu’IFAW mène campagne en Islande. Nous avons cherché à promouvoir l’observation responsable des baleines et nous avons contesté les raisons économiques et politiques avancées pour justifier la chasse à la baleine en Islande, a précisé M. Marsland. Nous sommes enchantés de voir un élan positif et nous attendons les développements à venir avec grand intérêt et optimisme. »

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone