La bromadiolone empoisonne les rapaces


Un rodenticide utilisé pour éradiquer les rats des champs fait des ravages parmi les populations d’oiseaux. Il est particulièrement meurtrier dans le Puy-de-Dôme où il tue des milans royaux, une espèce protégée. Les associations de protection de la nature demandent l’arrêt immédiat de son utilisation.

En trois mois, 44 cadavres de rapaces ont été découverts dans ce département, sur des parcelles traitées à la bromadiolone. Le préfet a suspendu ces traitements jusqu’au 29 février prochain et uniquement dans 22 communes sur les 470 que compte le Puy-de-Dôme.

Parmi ces 44 oiseaux victimes de la bromadiolone, la LPO a dénombré 28 milans royaux (Milvus milvus) et 16 buses variables (Buteo buteo), deux espèces protégées par la loi. Le milan royal est également classé comme espèce « Quasi menacée » sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). La France abrite la deuxième population mondiale de milans royaux après l’Allemagne.

Un poison très répandu

La bromadiolone s’utilise normalement « pour lutter contre les populations de campagnols terrestres, qui provoquent des dégâts à la production de fourrage » explique Allain Bougrain Dubourg, Président de la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO).

Ce poison anticoagulant, qui fait mourir par hémorragie interne les organismes qui en absorbent une dose létale, n’éradique pas uniquement les campagnols terrestres et autres rongeurs dits nuisibles. « Lorsqu’elle est épandue sur de vastes surfaces, son usage s’avère catastrophique puisqu’elle tue également les prédateurs naturels des campagnols (rapaces, hermines, renards), les oiseaux granivores, la faune chassable (sangliers, chevreuils, lièvres) et les animaux domestiques (chats et chiens) » rappelle Allain Bougrain Dubourg.

Les problèmes causés par la bromadiolone ne sont pas nouveaux et ne concernent pas que le Puy-de-Dôme. Une autre association de protection de la nature, la Ligue ROC, explique que dans les années 1970 « la conversion des terres en prairies qui communiquent totalement entre elles, la suppression des haies et l’intensification des pratiques agricoles ont facilité la colonisation par le campagnol ». L’emploi de bromadiolone pour les éradiquer cause alors ses premiers dégâts. C’est ainsi que dans les années 1980-1990, le département du Doubs (Franche-Comté) a vu sa population de milans royaux chuter de 80% suite à l’utilisation massive du produit.

Actuellement, l’arrêté ministériel du 06 avril 2007 relatif au contrôle des populations de ragondins et de rats musqués, modifié le 08 mai 2010, est toujours en vigueur. Il autorise l’utilisation de bromadiolone « sous forme d’appâts humides […], dosant à 0,01% de bromadiolone par kilo d’appâts, colorée en rouge, appliquée sous forme liquide sur des morceaux de carottes ou betteraves à l’état frais, dont la grosseur est d’environ trois centimètres cubes ».

La LPO tient à rappeler qu’il existe des techniques alternatives à la lutte chimique, telles que le piégeage des rongeurs ou une politique agricole favorisant le retour aux haies et aux boqueteaux. Dans l’immédiat, l’association demande la suspension immédiate de l’utilisation de bromadiolone, notamment dans les zones fréquentées par le milan royal. Alors que cet oiseau bénéficie d’un plan national de restauration et d’un plan d’action européen, il serait inconcevable de continuer à le mettre en danger.

Eva Joly au secours des oiseaux

Eva Joly et Allain Bougrain ont visité vendredi 02 décembre le centre de soins de la LPO. C’est à cette occasion qu’Eva Joly a demandé « l’interdiction immédiate de l’usage de la bromadiolone ». Pour elle, « l’agriculture dispose d’alternatives naturelles à l’empoisonnement de l’environnement. »

Dans la vidéo officielle tournée à l’occasion de ce déplacement, Eva Joly déplore « que la nature et le vivant ne [soient] pas pris en compte dans les décisions politiques. Cela illustre notre inconscience et le peu d’attention que nous portons au vivant, à la biodiversité dont nous dépendons. »

La candidate à l’élection présidentielle ajoute dans un communiqué de presse que « pour réconcilier l’homme et la nature », elle reviendra sur ce sujet pendant toute sa campagne. Dans cette optique, Eva Joly propose dès à présent « que dès 2012 tous les enfants bénéficient d’une sortie nature. »

Vidéo du déplacement d’Eva Joly et Allain Bougrain en Auvergne :

 

Déplacement Eva Joly en Auvergne par evajoly

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone