Joyeux divorce

Selon un article de Courrier International, en Allemagne, aujourd’hui, les séparations se célèbrent dans la joie et génèrent même quelques petits profits…

©drjohnbullasOutre Rhin, un mariage sur trois se termine par un divorce. Salon du divorce, fêtes de divorce, divorce en ligne : c’est toute une économie du divorce qui s’est créée. Mais plutôt que subir ce moment lourd de conflit et de souffrances, les allemands ont décidé d’inverser la tendance. Aujourd’hui, on peut divorcer dans la joie, en faisant la fête, et à la vitesse de l’éclair. En un week-end même, dans un « hôtel du divorce », petit-déjeuner compris. D’autres « outils » pour affronter cette crise – qui reste hautement problématique parce qu’elle implique généralement les enfants et des questions d’argent –  se trouvent sur internet : les «sites de conseil au divorce». Comme le portail de Scheidung par exemple, qui propose toutes les infos sur le divorce, la pension alimentaire, les frais de procédure, les enfants et les moyens de financement. Ceux qui le souhaitent peuvent même déposer une demande de divorce en ligne en six étapes ; les avocats partenaires du site s’occupent du reste.

Et pour ceux qui voient les choses en grand, il existe aussi un Salon du divorce, dont le premier du genre a lieu à Vienne en 2007. On y trouve des spécialistes du droit de la famille et des médiateurs, des laboratoires spécialisés en test de paternité et des détectives privés, des coachs personnels, ou encore des agences de voyage.

©johnbullas

Quid de la France ?

Selon les chiffres de l’INSEE, 45% des mariages se sont terminés par un divorce en 2012. Le nombre de mariages de moins de trois ans qui ont mal fini a progressé de plus de 50% au cours des 5 dernières années et plus de 10% des mariages durent moins d’un an. C’est un fait : le divorce est de plus en plus à la mode. Pour preuve, Paris a pris exemple sur les autrichiens et organisé elle aussi en 2009 son salon du divorce, le salon « Nouveau Départ ». On pouvait s’entretenir gratuitement avec des notaires, des avocats, des huissiers mais aussi des « managers en séparation » ! L’idée : « dédramatiser et accompagner psychologiquement les personnes, même si le divorce reste quelque chose de douloureux et que c’est un constat d’échec. » selon les termes de Brigitte Gaumet, la commissaire de l’époque.

Un petit reportage sur ce salon hors du commun :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=viXxLTa5YTs[/youtube]

Aujourd’hui, vous pouvez faire appel à un « divorce planner », un coach en divorce qui vous accompagne dans toutes vos démarches pour que tout se passe au mieux. A contrario, si vous souhaitez vous préparer à cette épreuve par vous même, il existe toute une panoplie de guides sur le sujet, qui répondent à des questions comme « Quelle est la procédure juridique de départ ? », « Comment s’effectue le partage de biens ? » ou encore « Comment s’organisera la vie des enfants » ?

Et chez nos voisins ?

Nos voisins européens sont coutumiers du fait eux aussi. Selon le site touteleurope.eu, le Vieux continent enregistre près d’un divorce pour deux mariages. Cette pratique est courante en Lituanie (2,8 ‰ ) et en République Tchèque (2,8 ‰ ) notamment. Moins en Irlande (0,8 ‰ ) et en Italie (0,9 ‰ ). Les champions du divorce sont les espagnols dont le taux de rupture de mariage civil a carrément été multiplié par deux depuis le début de la crise économique en 2008.

Cette chronique « Bonne Nouvelle » a été diffusée le vendredi 8 février 2013 sur Europe 1. Retrouvez chaque jour sur Néoplanète les chroniques « Bonne Nouvelle » et « Environnement » de Yolaine de la Bigne, enrichies de photos, de vidéos et de liens internet. 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.