Journée mondiale des zones humides : Sauve qui pleut !

Le 2 février, c’est la Journée mondiale des zones humides, qui se tient cette année en Camargue autour du thème Les zones humides pour notre avenir en partenariat avec Néoplanète. Bien que peu connues du grand public, ces zones sont essentielles pour la nature et pour l’homme.

flamant rose et sanglier (2)

Que sont les zones humides ? Ce sont des réservoirs de la biodiversité, indispensables pour la préservation des ressources en eau. Certaines, comme les mares ou les marais mouillés, sont facilement reconnaissables mais d’autres sont plus complexes à identifier car la submersion des sols, la salinité de l’eau, ou encore leur composition en nutriments varient continuellement au fil des jours, des saisons, et des années.

DSC_0038Les différentes zones humides. Certaines sont naturelles : tourbières, marais littoraux, plaines et forêts alluviales… D’autres sont altérées, c’est-à-dire que l’homme est passé par là… Elles subissent donc des pressions liées à l’agriculture, à l’étalement urbain, aux décharges sauvages, ou encore aux remblaiements.

 

Elles sont indispensables. Longtemps dévalorisées, ces zones de terre et d’eau ont été détruites car on ignorait leur importance. Ainsi :

– elles abritent et nourrissent 50 % des espèces d’oiseaux ainsi que de très nombreux insectes et batraciens.

– la plupart des poissons pêchés en mer y naissent ou y trouvent leur nourriture.

– 30 % des espèces végétales rares et menacées y vivent.

– elles contribuent à l’apport en eau des nappes phréatiques, sont des réservoirs naturels d’eau, nous protègent contre crues et sécheresses, et participent à l’assainissement de l’eau grâce à leur pouvoir d’épuration.

Il faut les protéger. Elles sont menacées par l’intensification des pratiques agricoles et des aménagements hydrauliques inadaptés, par la pression de l’urbanisation, et les infrastructures de transport. Par ignorance le plus souvent, elles sont détruites pour faire place à des constructions. C’est le cas du barrage de Sivens dans le Tarn, du Center Parcs de Roybon en Isère, et de la déviation routière de Canapville dans le Calvados, et bien d’autres…

RAMSAR-LOGO-FRLa Convention de Ramsar est le seul traité international qui protège actuellement cet écosystème. Tout a commencé en 1962, en Camargue, lors de la conférence de clôture du projet MAR (pour “MARécages”, “MARshes”, “MARismas”), piloté par Luc Hoffmann et la Tour du Valat, qui fût la première initiative internationale à se préoccuper sur des bases scientifiques de la disparition massive de ces milieux. Après neuf ans de négociation, cette convention a vu le jour dans la station balnéaire de Ramsar, sur les rives de la mer Caspienne. Sa mission : promouvoir la conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides par des mesures prises au plan local, national et par la coopération internationale. À compter de 2015, 2 186 sites sont inscrits sur la liste des zones humides d’importance internationale, totalisant plus de 208 millions d’hectares. Plus d’infos : www.ramsar.org

 

leaflet-baladOmaraisUne journée mondiale de sensibilisation. Depuis 1997, le Secrétariat de la Convention de Ramsar promeut chaque année la Journée mondiale des zones humides pour commémorer la signature le 2 février 1971 de la Convention sur les zones humides, à Ramsar. En France, cet évènement est organisé depuis 2001 sous la coordination de l’Onema avec les Pôles-relais zones humides, la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO), la Société Nationale de Protection de la Nature (SNPN), et avec le soutien de l’association Ramsar-France.

Une application, baladOmarais répertorie les sites géo-localisés, les animations et les centres de recherches… Gratuite et disponible pour Iphone et Androïd, BaladOmarais est une application réalisée par l’Onema en partenariat avec l’Oieau, les 5 pôles relais zones humides, la LPO, la SNPN et l’association Ramsar-France.

N’hésitez pas à consulter le programme pour les animations et les sorties nature.

 

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Curieuse de la vie et aventurière, Hind aime découvrir de nouveaux horizons et d’autres cultures. Elle se dit citoyenne du monde. Elle se passionne par tout ce qui l’entoure. Elle raffole du foot, de la mode, de la beauté, du bien-être …Licence de journalisme en poche, elle se spécialise dans un master en journalisme radio/tv à l’IEJ Paris. En se souciant de l’avenir de notre planète, elle rejoint l’équipe de Néoplanète.