Les JO pas si écolo

Pas de quartiers pour les habitants

londres jeux olympiques Pas de quartiers pour les habitants« Déjà, les fenêtres de plusieurs maisonnettes voisines sont barrées de grands panneaux de bois ou de fer. Les habitants sont partis. » Le quartier qui accueillera les JO, Stratford, est en plein (r)évolution explique Sonia Delesalle-Stolper sur liberation.fr. Depuis l’attribution des JO à Londres, « la population locale disparaît peu à peu, en vertu d’une « charte des résidents », élaborée entre le Council et l’association des habitants, qui prévoit l’obligation pour la mairie d’aider au relogement dans un lieu équivalent. Seules quelque 250 personnes vivent encore sur le Carpenters Estate. »

Joe Alexander, vice-président de Carp, l’association qui lutte contre la disparition du quartier, est révolté : « Rénover Stratford, oui, mais pour qui ? Pour des habitants extérieurs au quartier qui viendraient s’installer ici, et puis pourquoi tout raser ? », s’interroge-t-il. Il raconte l’histoire de Manu, une sri-lankaise, résidente d’une des tours : « elle a utilisé toutes ses économies pour embaucher un avocat et empêcher son expulsion. Depuis, elle vit presque seule dans la tour. »

D’autant plus que les propriétaires augmentent considérablement les prix des loyers pour s’enrichir. L’expansion prend le cas de figure de Matt Heiman qui souhaite louer sa maison 700 euros par jour ! « La ville est déjà un tel bazar qu’on s’est dit qu’il valait mieux partir. En général, on loue la maison 300 euros par jour, mais quand il y aura les Jeux, ça sera plus cher. Autour de 600 ou 700 euros, je pense. » Comme toujours, le malheur des uns fait le bonheur des autres.

 

En page 3 : de l’acier gaspillé et du plastique pour les produits dérivés

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone