J’éco-positive, mode d’emploi

Comment garder le moral en ces temps de réchauffement de la planète ? Et se comporter sans verser dans l’un des deux extrêmes – déni de la réalité ou anxiété permanente ? Voici dix arguments antidéprime et pro-action, car ce n’est pas en broyant du noir que les choses vont changer ! Par Tinka Kemptner

Article disponible dans le Néoplanète n°3

1 Les éco-optimistes ne sont pas (que) de doux rêveurs

Au contraire, parmi eux, on trouve même d’éminents scientifiques. Comme Michael Oppenheimer, spécialiste des Sciences de la terre à l’université de Princeton, aux États-Unis ; réputé pour avoir la tête sur les épaules, il explique (1) : « Je suis confiant sur le fait que nous allons trouver une solution au changement climatique. Après tout, nous avons déjà géré des problèmes de la même ampleur par le passé, et nous pouvons le faire à nouveau. Le monde n’a-t-il pas agi face à la menace nucléaire en décidant de réduire le nombre d’armes ? »
(1)    http://news.bbc.co.uk/1/hi/sci/tech/6270871.stm

2 Ça innove à tout-va

Nécessité fait loi : plus la fin d’une époque approche (et avec elle l’asphyxie de la planète), plus les idées écolo-malignes fleurissent pour nous aider à changer notre mode de vie.  Des exemples ? Le WasH2O, lave-linge écolo du fabricant chinois Haier, électrolyse l’eau et permet de nettoyer les vêtements sans lessive ni produit chimique. NOxer®, un procédé pour murs anti-bruit, qui élimine les gaz polluants. Le cyclopousse électrique, testé à Villeurbanne pour aider les personnes âgées. Ou encore la vitre mise au point par Shimizu Corp. et Sharp, qui accumule l’énergie solaire dans la journée pour la restituer à la tombée du jour et éclairer vos soirées. Ça n’arrête pas dans les labos et les cerveaux !

3 Tout le monde se met au tri

L’écolo-attitude est un véritable raz-de-marée : depuis un an, plus de 500 000 Français ont adopté cinq gestes verts au quotidien, pour faire du bien à la planète : trier ses déchets, éviter les produits à usage unique, éteindre les appareils électriques plutôt que de les mettre en veille, remplacer les bains par des douches, conduire moins vite… Le geste le plus « in » ? Le tri des déchets : plus de 70 % des ménages affirment trier régulièrement verre, piles et emballages. Des réflexes, encore marginaux il n’y a pas si longtemps, deviennent de nouvelles habitudes.

4 Pétrole cher = aubaine

Le jour où le prix du baril de pétrole flirtera avec les 200 dollars (il a déjà dépassé la barre des 100 dollars), même les plus insouciants finiront par se débarrasser de leur 4×4. À moins d’être millionnaires, ils n’auront tout simplement pas le choix. D’où l’effervescence des constructeurs qui tentent de trouver de nouvelles solutions. Ainsi, la voiture à air comprimé qui, telle l’Arlésienne, fait parler d’elle depuis dix ans : voilà que la firme indienne Tata Motors annonce sa commercialisation d’ici à fin 2008 ! L’économie est parfois plus convaincante que l’écologie…

5 Écolo = hype

Depuis que les marques chic surfent sur la tendance green, plus besoin de faire rescapé du Larzac pour s’habiller écolo, ou s’oindre avec des crèmes bio. Au rayon fringues, des marques pointues - Levis, Jérôme Dreyfuss, Stella McCartney… - rivalisent de propositions sexy pour modeux anti-CO2. Côté cosmétiques, Origins, Nuxe, ou encore La Prairie sortent des gammes bio. Et pour nos déplacements, Chanel a eu la bonne idée de relooker la petite reine en véhicule pour reines du podium (8 900 e le vélo griffé du double C, tout de même !). Quant aux produits recyclés, 73 % des Français (1) les considèrent aujourd’hui comme des produits de qualité et non plus comme des articles bas de gamme.
(1)   Selon une étude TNS Sofres pour Éco-Emballages

6 Le DD, c’est bon pour l’image !

De plus en plus de célébrités ne jurent plus que par les voitures hybrides, les couches lavables, la nourriture bio… Certaines stars, comme Leonardo DiCaprio ou Darryl Hannah, passent d’ailleurs plus de temps à militer pour la bonne cause qu’à tourner dans des films. Et depuis qu’écolo rime avec glamour, même les plus gâtés des people changent de discours (et, on l’espère, d’actes). Il est loin, le temps où les divas prenaient leur bain dans de l’eau minérale. Aujourd’hui, toute star qui se respecte doit se limiter à des douches de moins de 3 minutes 30. Marketing ? Qu’importe : cela fait bouger les mentalités !

7 Vive les radins !

Chouchouter la planète, c’est bien. Chouchouter son portefeuille en même temps, c’est encore mieux. En réfléchissant à nos actes d’achats, on évite de dépenser n’importe quoi : c’est le credo de ceux qui prônent un retour à une plus grande simplicité, à une vie plus équilibrée. Cultiver son jardin, c’est bon pour le moral et moins cher que les séances chez le psy. Arrêtons donc de remplir nos chariots de choses inutiles et redonnons du sens à notre consommation. L’écologie, c’est aussi une philosophie.

8 Les scénarios catastrophe ne sont que… des scénarios

Certes, si l’on continue de polluer comme par le passé, le pire est à craindre. Mais il est encore temps de changer la donne. Un seul exemple : l’énergie géothermique. Selon une étude récente réalisée par le Massachusetts Institute of Technology (MIT), cette source d’énergie encore sous-exploitée pourrait couvrir 250 000 fois nos besoins mondiaux en électricité ! Et c’est une technique parmi d’autres… Y a de l’espoir !

9 Enfin de vraies actions

Les associations sont de plus en plus actives, le Grenelle de l’environnement a changé les mentalités, des mesures concrètes commencent à être prises… Bref, ça frémit un peu partout. Ainsi, en 2010, la distribution des sacs plastique à usage unique dans le commerce sera interdite en France. Devançons le mouvement dès aujourd’hui, à l’instar d’un nombre croissant de Français : en trois ans, la consommation de sacs jetables a en effet diminué de 64 %. Vive le joli cabas, écologique et chic !

10 Ça va mieux en agissant

Il vous faut un argument de plus pour agir ? Faire des gestes pour l’environnement au quotidien permet de se sentir moins dépassé par les événements, et par conséquent, d’angoisser moins. Donc : recyclez vos bouteilles vides, enfourchez votre vélo, éteignez votre télé… Vous verrez, ça ira tout de suite mieux. Bon, ce n’est pas une révolution, mais c’est déjà ça. Et ce n’est pas en angoissant que vous allez sauver la planète. Qui dit déprimé, dit moins efficace !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone