Jean-Claude Génot, le Robin des Bois des Vosges


Tout est parti, ou presque, d’un colloque, il y a quatre ans. Naturaliste érudit et trublion de l’écologie, Jean-Claude Génot (*) venait d’y faire une conférence sur la gestion de la nature. Par Catherine Levesque.



© Jean-Claude Génot



« En poursuivant la discussion avec des auditeurs et des collègues, nous avons décidé de créer un fonds pour la naturalité des écosystèmes en France, baptisé “ Forêts sauvages ”, la forêt étant le stade ultime de l’évolution naturelle », raconte l’écologue, chargé de la protection de la nature dans le Parc naturel régional des Vosges du Nord. L’objectif : acheter des espaces naturels à fort potentiel de naturalité et les laisser s’exprimer librement grâce à une protection intégrale. « Pleine de potentiel, la forêt libre et sans entretien apporte gratuitement des bienfaits inestimables : limitation de l’effet de serre, régulation du cycle de l’eau, formation des sols, biodiversité. C’est aussi un lieu de ressourcement et d’inspiration artistique », revendique l’association.

Alors que l’État entend plus que jamais intensifier la production forestière, cette démarche est plus que symbolique : 21 millions de mètres cubes de bois supplémentaires sont attendus d’ici à 2020, soit une augmentation de 40 % des prélèvements… Sachant que l’intensification passe par un raccourcissement des âges d’exploitation, une mécanisation générale, un tassement des sols, la création d’un nouveau réseau d’infrastructures forestières… Que restera-t-il de nos forêts ?

www.forets-sauvages.fr

* À lire, son nouvel ouvrage, Instinct nature, paru aux éditions Sang de la Terre (24 euros).

Article extrait de Néoplanète n°18.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone