Venez bouturer à Paris

Samedi 20 et dimanche 21 avril, le jardin partagé nomade fête ses 10 ans. Ce jardin collectif au sein du quartier Saint-Bernard est ouvert à tous et ce weekend, il vous convie à son anniversaire. [audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2013/04/Les-jardins-partages-124157031-1.mp3|titles=Les-jardins-partages-]

©wikicommonsLe jardin partagé nomade est le premier signataire de la Charte Main Verte de la Ville de Paris. En une décennie, il n’a pas prit une ride. Il crée toujours autant de complicités, de liens et de solidarité dans le quartier. Notamment en proposant des activités
adaptées aux enfants comme aux parents. Un bon programme pour un weekend en ville, mais au vert.

Vertes confusions

Les jardins partagés ne doivent pas être confondus avec les jardins familiaux. Inspirés des jardins français ouvriers du 19ème siècle, les jardin familiaux se louent.

Bombardement de graines

Les jardins partagés sont nés dans les années 70 aux Etats-Unis à l’initiative de l’artiste américaine Liz Chrity. Habitante du Lower East Side à Manhattan, Liz avait remarqué le nombre de terrains vagues laissés à l’abandon dans son quartier et de l’espace libre qu’ils représentaient. Elle entrepris alors de lancer des « bombes de graines « (seed bombs) par-dessus les grilles des terrains abandonnés (rebelle l’artiste). Des fleurs ont poussées, le premier jardin communautaire ou jardin partagé était né.

©gszL’arrivée en France en 1987 se fit à Lille. Paris connu ses premier jardins partagés que bien plus tard, en 2001. Ces jardins sont gratuits, ou presque, une simple cotisation de 20 euros par ans peut-être demandée. Ils sont pris en charge par des associations ou les collectivités. Le but de ses jardin est l’autosuffisance à très très petite échelle. Les biens cultivés ne sont pas destinés à la vente mais à la consommation directe des producteurs. La dimension humaine est présente : la création et la réalisation d’un projet commun est un unificateur puissant.

Pour tout le monde 

©Pierre MarcelLa plupart de ceux qui se lancent dans l’aventure viennent bêcher, bouturer, semer, récolter, mais aussi cuisiner, mijoter des soupes, faire des confitures d’autres viennent tout simplement lire, rêver, s’aérer. Pas besoin d’avoir la main verte pour apprécier le concept. Les rencontres sont souvent enrichissantes et tournées autour du partage. Les jardins offrent une mixité sociale, culturelle et  générationnelle. Rompre l’anonymat,  tisser du lien social  tout en cultivant des fruits et légumes pour se nourrir. Une belle bouffée d’oxygène en temps de crise économique.

Bêcher la crise

Les jardins ne connaissent pas la crise ! Ils gagnent chaque jour du terrain en France grâce à des réseaux comme l’association Graines de jardin. Ils deviennent même créateurs d’emplois.  En Ile-de-France, on a confié à de jeunes chômeurs des parcelles à défricher et la région voudrait créer 500 jardins partagés d’ici 2 ans. Ce secteur florissant doit faire frémir de joie Voltaire dans sa tombe, lui qui nous avait expliqué dans son livre Candide que « pour être heureux il faut cultiver notre jardin ».

Alors à vos râteaux! Pour plus d’information pratiques, c’est ici

Cette chronique « Bonne Nouvelle » a été diffusée vendredi 19 avril 2013 sur Europe 1. Retrouvez chaque jour sur Néoplanète les chroniques « Bonne Nouvelle » et « Environnement » de Yolaine de la Bigne, enrichies de photos, de vidéos et de liens internet.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.