Intermarché versus Bloom : Round 2

 ©journaldel'envirnnement.netBis repetita. La flotte de pêche du groupe Intermarché est de nouveau mise en cause par l’association écologiste Bloom qui dénonce une activité de pêche irrespectueuse de la biodiversité et non rentable économiquement, le tout subventionné par d’importantes aides publiques.

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2013/03/En-plein-chalutage-124104875.mp3|titles=En-plein-chalutage]

Déjà en juin dernier, l’ONG Bloom qui milite pour la protection de la biodiversité marine et lutte contre la pêche en eaux profonde, formulait une plainte à l’encontre du groupement Les Mousquetaires-Intermarché pour « publicité mensongère ». Elle visait une publicité en particulier : celle qui vante les mérites d’une pêche vertueuse et respectueuse de l’environnement par Scapêche -la flotte du groupe – alors qu’elle pratique une pêche au chalut, à plus de 1000 mètres de profondeur ; technique fustigée par les chercheurs comme l’une des plus destructrices.

Eclairage

La pêche au chalut emploie des filets non restrictifs dans lesquels se retrouvent toutes sortes de poissons. Notamment certaines espèces de requins profonds, répertoriées comme étant « en danger d’extinction » sur la Liste Rouge de l’Union International pour la Conservation de la Nature (UICN). Comme l’explique alors Claire Nouvian, fondatrice et directrice de l’association Bloom, « cela signifie concrètement que lorsqu’on consomme des espèces telles que la lingue bleue, le sabre noir ou le grenadier, on contribue inévitablement à l’extinction d’espèces sauvages. »

1- 0 pour Bloom ©clairenouvian.com

La plainte de l’association avait été jugée recevable par l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP), et le 21 juin le Jury de Déontologie Publicitaire avait interdit ladite publicité et également épinglé le logo « pêche responsable » d’Intermarché pour sa trop forte ressemblance avec le label MSC, mondialement connu et qui lui est vraiment le garant d’une pêche durable.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.