Insolite : un économiste japonais veut taxer les gens beaux

Doubler l’impôt payé par les gens beaux, et diminuer de 20% celui des gens laids serait, selon l’économiste japonais Takuro Morinaga, un bon moyen de résoudre nombre de problèmes qui affectent la société japonaise. Une mesure qui a récemment fait un buzz médiatique au pays du Soleil levant.

Aujourd’hui, « les femmes ne pouvant plus juger les hommes dans une perspective de long terme, elles se concentrent sur ceux qui leur plaisent au premier coup d’oeil. (…) Il y a une disparité bien plus importante entre les hommes, fondée sur leur capacité à séduire les femmes. Selon moi, seul l’argent permet de réduire cet écart », explique Takuro Morinaga dans une interview accordée à l’hebdomadaire japonais Aera.

L’objectif avoué de cet économiste est de redonner de la vigueur au mariage et à la démographie au Japon. Le pays a enregistré le plus faible taux de croissance de sa population (128 millions d’habitants) depuis 1920 au cours de ces cinq dernières années : 0,2% par an. Les femmes mariées ont en moyenne 1,29 enfants, à l’âge moyen de 29 ans. Cette faible démographie fait planer l’ombre du déclin de la population japonaise. Dans une enquête publiée en 2010, le gouvernement japonais s’inquiète du fait que la population de l’archipel pourrait diminuer de moitié d’ici 2100.

Des mesures concrètes ?

La proposition de l’économiste est simple : pour relancer la démographie au Japon, il faut une fiscalité plus juste. Il propose ainsi de classer les hommes en quatre catégories : les beaux, qui payeraient deux fois plus d’impôts ; les normaux, dont les impôts seraient inchangés ; les moyennement laids, qui payeraient 10% d’impôts en moins ; et les laids, avec 20% de réduction fiscale.

Les hommes japonais seraient évalués par « un conseil d’évaluation de la beauté où siègera un jury composé de cinq femmes tirées au sort, qui devront rendre un jugement à la majorité, comme les jurés dans un procès » précise l’économiste. Avant de répondre à ceux qui pourraient critiquer la méthode : « Si les femmes avaient vraiment des goûts très différents les unes des autres, alors on ne serait pas dans la situation actuelle, où une poignée de beaux gosses seulement monopolisent le succès. »

Rappelons qu’au Japon, une taxe similaire, mais portant uniquement sur les hommes célibataires, avait déjà été sérieusement envisagée en 1941 pour relancer les mariages.

 

Autre news insolite : les emballages comestibles.

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone