Innovations : comment devenir invisible

Des chercheurs ont développé un matériau capable de rendre invisible les objets qu’il enveloppe.

Capture d’écran 2015-05-04 à 12.53.10

Non, ce n’est pas à Poudlard que le matériau a été créé, mais à l’Institut de technologie de Karlsruhe (KIT), en Allemagne. La technique employée est pourtant bien la même qui permet à Harry Potter de disparaître sous sa cape d’invisibilité.

Comment ça marche ?

Pour comprendre le fonctionnement, il faut déjà comprendre que nous voyons les objets car ceux-ci renvoient de la lumière vers nos yeux. En partant de ce constat, les scientifiques (et sorciers) ont cherché à détourner cette lumière en la courbant à l’aide d’une couche de peinture spéciale, ce qui lui fait emprunter un chemin plus long. Les premières tentatives avaient cependant échoué car rallonger le chemin parcouru par la lumière force celle-ci à accélérer, chose impossible (rien ne peut se déplacer plus vite que la lumière).

Les chercheurs allemands ont donc incorporé à leur matériau un autre capable de disperser la lumière. Cela a pour effet de la ralentir avant de la courber, et permet ensuite de la ré-accélérer, rendant le matériau invisible.

À quoi ça sert ?

L’un des rêves les plus primitifs de l’Homme étant de pouvoir se rendre invisible, il y a probablement autant de réponses à cette question que de personnes sur Terre.

Bien que ce matériau, utilisé sous forme de boîte qui rend invisible les objets qu’elle contient, ne puisse pour l’instant pas cacher d’objet plus gros qu’un téléphone portable, l’invention stimule déjà l’imagination. Les chercheurs du KIT souhaitent d’ailleurs que leur dispositif circule dans les salles de classe afin d’inspirer les générations futures.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Eddy Delcher

Après un séjour de sept ans en Angleterre et en Afrique du Sud au cours duquel il obtient un diplôme en journalisme, Eddy revient en France afin de poursuivre ses études. En 2014, il rejoint l'équipe de Néoplanète et contribue régulièrement au CNRS International Magazine ainsi qu'au journal du CNRS depuis 2012.