Il est frit, il a rien compris…

crédit photo PhovoirMais puisqu’on vous dit qu’il n’y a rien à craindre ! L’ANSES-de-paniquer est formelle : l’exposition aux ondes ne provoque pas « d’effet sanitaire avéré chez l’homme ». A lire dans Néoplanète n°37.

On remarquera au passage que l’Agence évite fort prudemment de mentionner la femme, qui s’expose à un risque nettement plus avéré lorsqu’elle met de longues minutes à retrouver son portable au fond du sac dans un train bondé, mais bon… Tout le monde se sent beaucoup mieux ! L’augmentation régulière des cancers cérébraux n’a donc rien à voir avec le portable collé à l’oreille, va falloir trouver autre chose. Les Français sont donc à nouveau les victimes d’une exception culturelle bien d’chez nous, après être déjà les champions toutes catégories sociales en diesel urbain, phytos, nitrates et surmédication… un cocktail unique au monde !

Nous sommes, en effet, l’un des très rares pays où la mutualisation des antennes n’est pas obligatoire, c’est-à-dire, quasiment les seuls à ne pas obliger nos opérateurs à se renvoyer l’ascenseur avec élégance … Village Gaulois oblige, il n’est surtout pas question de partager son antenne relais avec le concurrent, sans blague. La France est le seul pays qui réussisse à me chauffer l’oreille quand je téléphone en me déplaçant : au lieu de fonctionner coolos à moins de 2W, mon téléphone intelligent passe son temps à chercher la très distante antenne suivante, et ce, à puissance max… Jamais observé ce phénomène en Suisse, en Allemagne ou ailleurs : les opérateurs, légalement obligés de se regrouper sur chaque antenne installée, ont du coup une densité de réseau bien supérieure. Ce qui évite de faire fonctionner les téléphones intelligents à pleine puissance. Remets ton oreillette, Mauricette…

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone