Huile de palme : calomnies conspirationnistes ou désastres environnementaux ?

huile_de_palmeL’huile de palme n’en finit pas d’attiser les controverses !

L-huile-de-palme-panacee-economique-ou-desastre-environnemental-

 

 

 

Version écrite de la chronique

Entre les distributeurs qui favorisent la vente de produits sans huiles de palme et le projet de taxe du gouvernement sur les produits qui en contiennent : les polémiques ne finissent pas de jeter de l’huile sur le feu.

Il y a deux camps : celui des écologistes et des consommateurs contre celui des producteurs et de leurs salariés. Les uns accusent la plantation de palmiers de réduire la biodiversité par la déforestation et d’être mauvaise pour la santé, les autres défendent l’essor économique des pays les plus pauvres et nient sa nocivité. D’autant plus que l’huile de palme ne serait pas plus dangereuse que l’huile de soja ou de colza produites par les pays riches.

Calomnies conspirationnistes ou désastres environnementaux ?

Il ne faut pas être manichéiste. Si pour certains cette huile est dangereuse pour la planète pour d’autres c’est l’espoir d’une vie meilleure pour les travailleurs du tiers monde. Nous avons envoyé un journaliste de Néoplanète en Malaisie pour visiter la plantation de Taluk Intan: 40 000 hectares et 16 000 tonnes de production annuelle qui font de ce pays le deuxième producteur d’huile de palme au monde et le premier exportateur. Un secteur qui emploie 6 000 migrants indonésiens: ils sont logés et bénéficient de l’eau, de l’électricité et même d’une école et d’un hôpital. Tous cela grâce aux bénéfices de la palmeraie.

Le développement économique du pays ne doit pas se faire sur la biodiversité et l’environnement

Là aussi, tout n’est pas noir ou blanc. Le palmier n’a pas besoin d’entretien pour pousser dans ces pays tropicaux. C’est pour ça que les producteurs jugent la réglementation de leur marché injustifiée. Malgré tout, ces plantations intensives suppriment des variétés de plantes et chassent certaines espèces comme l’Orang-Outan, dont la population a baissé de 15% en quelques années en Malaisie justement. Verdict : aucune preuve néfaste concernant la santé mais un bilan négatif pour la planète même si le secteur crée des emplois, bref cette huile n’aura pas la palme de l’écologie !

La chronique « Environnement » de Yolaine de la Bigne sur ce sujet a été diffusée ce vendredi 13 décembre 2013 sur Europe 1. Retrouvez chaque jour sur Néoplanète ses chroniques « Bonne Nouvelle » et « Environnement », enrichies de photos, de vidéos et de liens Internet.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.