Histoire d’O, 5ème Forum Mondial de l’eau, Istanbul.

L’édito d’Alexis du Fontenioux du blog Valinkeo

En 1974, un vieil homme aux cheveux blancs nous présentait un programme nouveau : l’écologie politique. Pour illustrer son discours, René Dumont terminait son allocution en buvant un verre d’eau et déclarait « nous manquerons bientôt d’eau !». Le 22 mars 2009 se terminait le 5ème forum mondial de l’eau à Istanbul, 25 000 participants de 192 nationalités discutant de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement. 1,2 milliards d’individus n’ont pas d’accès à l’eau potable et plus de 2 milliards sont privés d’assainissement. En 2030, plus de 5 milliards de personnes n’auront sans doute toujours pas accès à un système d’assainissement décent. Une demande toujours en croissance, des ressources qui diminuent. Amère reconnaissance…

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=rrEDVOxnlp0[/youtube]

Il en va de l’eau comme du climat, les tractations internationales sont hasardeuses. Le constat, même partagé, ne suffit pas. On pensait l’administration américaine désormais plus encline à la responsabilité et à la solidarité environnementale, on apprend pourtant sa réticence à parapher un texte engageant. Encore une fois, la communauté internationale fait la preuve qu’elle est capable d’analyser un problème mais se révèle incapable de l’anticiper et de le traiter. L’eau est pourtant un problème immédiat  et si certains pays sont à l’abri du stress hydrique, aucun ne sera protégé des conséquences globales du phénomène. L’assèchement des bassins versants de l’Indus menace directement plus d’un milliard d’individus. Plus proche de nous, la ville de Marseille envoie de l’eau par bateau à la région de Barcelone ! En Ibérie, la sécheresse et la désertification avancent inexorablement, menaçant les productions agricoles et les conditions de vie ; on projette aujourd’hui des détournements massifs de fleuves pour irriguer ces terres assoiffées.  Plus encore que la faim, l’eau poussera des peuples entiers à l’exode.

Si les objectifs du millénaire (réduire de moitié le nombre de personnes n’ayant pas accès à l’eau) sont d’ores et déjà un échec, essayons au moins de ne pas renouveler nos atermoiements « Kyotoesques » parce qu’en matière de santé, de développement, de survie tout simplement, la question de l’eau est bien plus urgente et cruciale que toutes les autres questions environnementales. Il nous a fallu 10 ans pour esquisser le début d’une dynamique sur les émissions de gaz à effet de serre, les populations en stress hydriques n’auront pas la capacité de faire preuve d’autant de patience. Comme le dirait nos agitateurs de Greenpeace : « maintenant c’est quand ?»

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.