Histoire d’eaux

Eau de source, eau minérale, eau du robinet… Vous êtes perdu face aux différents termes qui désignent en fait la même chose ? Petit tour d’horizon pour décrypter ce qui se cache derrière ces appellations. L’occasion aussi de (re)découvrir le plaisir de « boire local ».

Cet article est extrait de Néoplanète 27.

 

 

 

 

 

 

L’EAU DE SOURCE

L’eau de source, d’origine souterraine, est potable à l’état naturel. Saine au niveau bactériologique, elle ne subit aucun traitement et est mise directement en bouteille, tout en étant soumise à des analyses régulières. Sa teneur en minéraux doit être inférieure à 800 mg/l, celle en nitrates, inférieure à 50 mg/l. Et inférieure à 15 mg/l pour arborer la mention « Convient pour l’alimentation des nourrissons ». Cela dit, elle ne peut pas revendiquer d’effets favorables sur la santé, car sa composition en minéraux n’est pas toujours stable, contrairement aux eaux minérales. Attention, les eaux recueillies à différentes sources, dans différentes régions, peuvent être commercialisées sous une même et seule marque.

L’EAU MINÉRALE

L’eau minérale naturelle est une eau de source qui fait l’objet de multiples contrôles pour s’assurer de sa composition constante en minéraux et autres oligoéléments uniques, issus du territoire d’où elle jaillit. Il existe autant d’eaux minérales que de sources, soit plus d’un millier en France. Soixante-dix marques d’eaux minérales sont disponibles dans le commerce. Cette eau ne doit souffrir d’aucun traitement, sauf pour la séparation des éléments instables (fer, soufre…) et l’incorporation de gaz carbonique. Elle offre des propriétés bénéfiques pour la santé, reconnues par les pouvoirs publics. Certaines
ont même des vertus thérapeutiques (pour les os, l’élimination du sel, la digestion…) qui ne conviennent pas à tous les organismes.

Lire l’étiquette, c’est bon pour la santé !

La réglementation prévoit que l’étiquetage mentionne la composition d’une eau minérale naturelle et ses contre-indications. Une eau riche en potassium risque d’avoir des effets néfastes sur le système neuromusculaire et sur le coeur. Une eau riche en fluor (Beaumont, Saint Amand, Chantereine) favorise, quant à elle, les maladies osseuses. Vous êtes en surpoids ? Privilégiez une eau pauvre en sodium, dont la teneur en sulfates est supérieure à 200 mg/l (Contrex, Vittel,
Volvic). Les femmes ménopausées, elles, préféreront boire une eau riche en calcium et en magnésium, pour lutter contre l’ostéoporose et le manque d’énergie (Hépar). Enfin, les eaux minérales faiblement minéralisées (moins de 800 mg/l) peuvent être consommées par tous et, notamment, les nourrissons (Wattwiller…). Enfin, n’oubliez pas de varier les marques, afin que votre corps profite de tous leurs bienfaits.

L’EAU GAZEUSE

L’eau gazeuse est une eau dans laquelle on a ajouté du gaz carbonique ou dioxyde de carbone. On en compte trois sortes : naturelles et avec adjonction de gaz à la source ; naturelles et avec gaz carbonique provenant d’une autre origine que la source ; ou encore naturelles, renforcées à la source. Grâce aux bicarbonates qu’elles renferment, ces eaux pétillantes seront appréciées lors d’un repas, pour faciliter le transit, ou après une séance de sport, afin de mieux récupérer (Vichy Célestins, Vichy Saint-Yorre…). Ceux et celles qui surveillent leur taux en sel doivent néanmoins les éviter (Arvie, Quézac, Badoit…), les eaux gazeuses les moins salées étant Perrier, Salvetat, San Pellegrino…

L’EAU DU ROBINET

L’eau du robinet est extraite des eaux superficielles (40 %) et des eaux souterraines, plus pures (60 %). Lors de son parcours, elle se charge en sels minéraux, oligoéléments (calcium, potassium, magnésium), argile, matières organiques, mais aussi en produits chimiques, gaz, bactéries, polluants… Des traitements spécifiques, comme la filtration, la désodorisation et l’injection d’ozone, sont donc nécessaires pour la rendre potable et éliminer les micro-organismes pathogènes ou les substances toxiques (nitrates, arsenic, pesticides…). Elle doit répondre au total à une soixantaine de critères réglementaires stricts. Normalement, cette eau ne contient pas de bactéries puisqu’elle a été chlorée. Or, dans certaines régions, son traitement diffère. Le risque existe donc, même s’il est minime. Astuces : si son léger goût de chlore vous dérange, mettez une carafe d’eau au frigo pendant quelques heures. Volatile, le chlore disparaîtra. Ne la buvez pas directement après une longue absence. Si elle a stagné toute la nuit, faites-la couler quelques instants auparavant. Enfin, évitez de préparer des biberons avec de l’eau du robinet, car le taux de nitrates peut être élevé.

Où se renseigner sur la qualité de l’eau du robinet ?

À votre mairie ! Le maire doit afficher, sous deux jours ouvrés, les résultats des analyses du contrôle sanitaire des eaux ou une synthèse commentée de ces résultats. Abonné au service d’eau, vous recevez annuellement, avec votre facture d’eau, une synthèse sur la qualité de l’eau qui vous a été délivrée l’année précédente. Outre les résultats relatifs aux principaux indicateurs de la qualité de l’eau (microbiologie, nitrates, pesticides, etc.), ce document comporte des recommandations d’ordre sanitaire, en particulier vis-à-vis du plomb, des nitrates et du fluor. Les DDASS (directions départementales des affaires sanitaires et sociales) peuvent être sollicitées, le cas échéant, afin d’obtenir des informations d’ordre sanitaire. Autrement, accédez directement aux derniers résultats d’analyses d’eau potable dans votre région sur le site Internet www.eaupotable.sante.gouv.fr

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.