La Guadeloupe : Un paradis pour l’écotourisme et un écosystème unique dans les Caraïbes

Avec 77 % de son territoire classé comme réserve naturelle, les îles de la Guadeloupe sont sans aucun doute une destination de choix pour les écotouristes et autres voyageurs soucieux de la planète. La constellation de cinq îles est totalement unique dans les Petites Antilles, car chaque île offre aux visiteurs orientés vers le plein air la possibilité d’explorer différentes attractions écologiques tropicales.

Programmes de protection de la nature

Les autorités guadeloupéennes ont toujours pris à cœur les intérêts environnementaux du pays. La conservation du patrimoine écologique est ce qui a motivé plus de 30 ans de protection des tortues de mer et la création de journées nationales consacrées au nettoyage des fonds marins, du littoral et des rivières.

Si vous souhaitez vous déplacer sur place, nous vous recommandons une agence spécialisée dans la location automobile comme Thrifty Antilles.

Par exemple, l’Initiative française pour les Récifs Coralliens (IFRECOR) est chargée de protéger le récif corallien autour des îles Pigeon et d’étudier l’évolution de l’écologie et des habitudes humaines. Par ailleurs, un projet pilote consiste à créer des récifs artificiels dans le cadre d’un programme de développement durable du port autonome de la Guadeloupe. L’association Ti-Tè vise également à protéger les habitants sauvages des îles de la Petite-Terre, tels que l’iguane, les tortues de mer et les oiseaux.

La mer des Caraïbes est un habitat particulier pour l’alimentation, la reproduction et la migration des mammifères marins. Vingt-quatre espèces ont été identifiées dans les eaux des îles de la Guadeloupe. Dans cette optique, les autorités guadeloupéennes ont eu le plaisir de collaborer avec la France métropolitaine à la création du sanctuaire des mammifères marins de l’AGOA, destiné à assurer la conservation des mammifères marins dans les eaux sous souveraineté et juridiction françaises dans les Antilles françaises.

Réserve de biosphère de l’UNESCO : le Parc national de l’Archipel de la Guadeloupe et la Réserve naturelle marine du Grand Cul-de-Sac Reconnaissant comme l’un des points chauds de la planète en matière de biodiversité, l’Archipel de la Guadeloupe – composé du Parc national de la Guadeloupe et de la Réserve naturelle marine du Grand Cul-de-Sac – a été déclaré Réserve de biosphère par l’UNESCO le 15 février 1993, l’une des 25 désignations de ce type dans le monde. Avec sa zone centrale située sur la Basse-Terre, la réserve se concentre sur trois principaux types d’écosystèmes : les lagunes, les mangroves et la forêt marécageuse.

Cependant, elle contient également le plus haut sommet des Petites Antilles : le volcan de la Soufrière, légèrement actif – sa dernière éruption date de 1977 – qui atteint une altitude de 4 813 pieds au-dessus du niveau de la mer. Le volcan, la chaîne de montagnes qui l’entoure et la forêt tropicale humide qui le recouvre font tous partie du parc national de la Guadeloupe, le septième plus grand parc national de France. Créé en 1989, il protège la forêt la plus étendue des Petites Antilles et abrite 300 espèces d’arbres, 270 variétés de fougères et 100 variétés d’orchidées. Sa faune comprend 28 espèces d’oiseaux, 11 espèces de mammifères, 11 espèces de chauves-souris et un oiseau indigène (le pic noir). Il peut être visité grâce à ses 136 miles de sentiers balisés par l’ONF (Office National des Forêts).

La réserve naturelle marine du Grand-Cul-de-Sac, adjacente, s’étend sur 14 miles carrés au cœur d’une vaste baie fermée par le plus long récif corallien des Petites Antilles. Un projet ambitieux est en cours pour ramener le Lamantin des Antilles dans la baie du Grand-Cul-de-Sac Marin. Un projet a été introduit et un autre est attendu.

Réserve naturelle nationale de La Désirade

La Désirade, la plus ancienne île des Caraïbes, est une réserve géologique nationale. C’est également le sixième plus grand site naturel des territoires français d’outre-mer et la plus grande réserve naturelle géologique. Créé en 2011, ce site unique protège une faune et une flore endémiques particulières, originaires d’un affleurement volcanique, comme le cactus « Tet a langle ».

Réserve Cousteau

La Réserve Cousteau est un écosystème sous-marin protégé avec des récifs et des jardins coralliens vivants, une vie marine abondante et plusieurs épaves couvertes d’éponges. Nommée en l’honneur de Jacques Cousteau, la réserve est un site incontournable pour les plongeurs, les amateurs de plongée libre et les kayakistes. Dans le jardin de Ponti, par exemple, on trouve une grande variété de crinoïdes colorés, des éponges vases azurées et roses, des éponges tubes ramifiées et des centaines de poissons perroquets, de poissons-anges, de labres créoles et de chromis bleus aux couleurs vives. La statue sous-marine du Commandant Cousteau est à ne pas manquer.

Autres réserves

La flore et la faune tropicales peuvent également être appréciées dans d’autres parcs superbes. La réserve naturelle nationale de Petite-Terre abrite plusieurs espèces d’oiseaux, des tortues et environ 10 000 iguanes. Le Parc Floral de la Montagne aux Orchidées à Deshaies possède une magnifique collection d’orchidées et d’arbres rares.

Le patrimoine architectural et la préservation de la culture

Dans ses forts, ses bâtiments de l’époque coloniale et ses vieilles maisons en bois, les îles de la Guadeloupe ont conservé un grand patrimoine architectural. L’église St-Pierre et St-Paul à Pointe-à-Pitre, la léproserie de la Désirade, le Fort Napoléon aux Saintes, le Fort Louis Delgrès à Basse-Terre et bien d’autres édifices sont autant d’éléments essentiels du patrimoine culturel français, qui est aussi l’un des piliers de l’écotourisme. De même, le rythme et la diversité des traditions insulaires – comme les tambours du Carnaval Gwo-ka de Guadeloupe, et les sentiers du café, de la canne à sucre et des épices – font également partie intégrante de l’attrait écotouristique du pays.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone