Greenpeace accuse Levi’s de polluer les rivières mexicaines

ENVIRONNEMENT – L’ONG s’en prend au fabricant de jeans, après avoir remonté les bretelles de Zara…

Greenpeace refait la garde-robe: après s’en être pris aux magasins Zara, c’est maintenant Levi’s qui est dans le collimateur de l’ONG. Greenpeace accuse Levi’s de travailler avec une des plus grandes usines textile du Mexique rejetant des substances chimiques dangereuses dans les rivières. «Il s’agit d’une grave pollution des eaux dont on ignore l’ampleur exacte, explique Jérôme Frignet, chargé de campagne pour Greenpeace. Les Mexicains ont le droit de savoir ce qui est rejeté dans leurs rivières et qui est responsable. Et les grandes marques de vêtements, à commencer par Levi’s, doivent urgemment se désintoxiquer.»

Des jeans qui menacent les fonctions reproductives humaines

Selon Greenpeace, les deux plus grandes usines textiles mexicaines fonctionnent «dans la plus grande opacité». Or, «les prélèvements effectués par Greenpeace sur les eaux usées rejetées par ces usines révèlent la présence d’un cocktail varié de substances toxiques», écrit l’ONG. Ces substances, utilisées lors de la fabrication des vêtements, peuvent avoir des conséquences «très graves» pour la santé et l’environnement, affirme Greenpeace: «Certaines de ces substances menacent les fonctions reproductives des humains et d’autres empoisonnent la vie aquatique.»

Greenpeace demande donc à Levi’s et aux autres marques clientes de ces usines, parmi lesquelles Calvin Klein, Guess, Gap et le groupe LVMH, d’exiger la publication des produits rejetés dans l’environnement et de s’engager à éliminer toutes les substances chimiques les plus dangereuses de leurs vêtements, à l’exemple du groupe Zara qui s’est engagé à le faire d’ici à 2020.

Les méthodes traditionnelles de production de toile de jeans nécessitent jusqu’à quinze cuves de teinture et un ensemble de substances chimiques potentiellement nocives. Le sablage des jeans, pour leur donner un aspect délavé, est aussi responsable d’intoxications pour les ouvriers, qui respirent les poussières de silice cristalline.

Audrey Chauvet

Toute l’actualité environnementale au quotidien dans la rubrique Planète de 20minutes.fr : www.20minutes.fr/planete

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone