Gisèle Tsobanian, Femme Dynamisante, amène le cinéma à l’hôpital

GisèleClarins a remis hier le prix de la Femme Dynamisante à Gisèle Tsobanian, fondatrice de l’association Les Toiles Enchantées, qui amène le cinéma aux hôpitaux des enfants malades. 

En 1997, la marque Clarins et ses responsables se sont lancé le pari fou de récompenser les femmes engagées en faveur des enfants dans le monde. Depuis, chaque année, une femme reçoit le trophée de la Femme Dynamisante, récompensant son action auprès de nos chérubins, d’ici et d’ailleurs.

Après avoir récompensé 15 Femmes Dynamisantes, parmi lesquelles sœur Emmanuelle, Mireille Darc, ou encore Muriel Hermine, le titre a été remis à Gisèle Tsobanian. Il y a 16 ans ( coïncidence ? ), la jeune femme, alors assistante de production sur le film Un indien dans la ville, s’est demandé : « si des milliers d’enfants ont été émerveillés par ce film, qu’en est-il des enfants hospitalisés, qui ne peuvent pas se déplacer en salle ? » C’est ainsi qu’est née l’association Les Toiles Enchantées, permettant aux enfants hospitalisés ou handicapés de visionner, sur une vraie toile de cinéma, des films à l’affiche.

Les toiles enchantees Depuis, l’association et sa fondatrice sont allées bien au delà du pari initial en se rendant en Afrique présenter La Marche de l’Empereur aux plus jeunes, ou en faisant intervenir des comédiens célèbres dans des ateliers de cinéma, au sein des centre hospitaliers. En 2012, plus de 300 projections ont ainsi été organisées, devant plus de 16 000 spectateurs, grâce aux soutien d’artistes et de diffuseurs, aux côtés de Gisèle Tsobanian depuis la naissance de l’association. On applaudit !

Le nouveau défi de Gisèle Tsobanian? Conquérir l’Amérique et faire voyager ses Toiles Enchantées pour que tous les enfants malades ou handicapés puissent rêver, en même temps que les autres, aux histoires racontées par le 7eme art.

 


Les Toiles Enchantées par cinaps

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Après des études de journalisme à Paris et Dublin, Julie s'est lancée comme correspondante pour des sites d'informations québécois, couvrant l'actualité française. En 2013, elle revient sur les bancs de Néoplanète, qu'elle avait déjà arpentés quelques années plus tôt. En parallèle, elle cultive son blog, consacré au voyage.