Le gaspillage alimentaire régale

©panduhUne émission culinaire pas comme les autres défraye la chronique en Autriche. Son nom : Wastecooking. Le principe : des chefs cuisiniers concoctent  des petits plats avec des déchets alimentaires. L’objectif : alerter l’opinion publique sur le surplus de gaspillage quotidien.

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2013/02/Top-chef-ecolo-124094371.mp3|titles=Top-chef-ecolo]

Le concept, né en mars 2011, fait un carton ! Le producteur de l’émission, David Gross, semble avoir trouvé la formule magique,  combiner télé-réalité, cuisine et recyclage, tout en faisant passer un message éco-responsable.

Tous les quinze jours, des autrichiens fouillent des poubelles de fruit et légumes (en Autriche, depuis 1995, les déchets végétaux doivent être déposés dans une poubelle spéciale) pour dénicher le maximum de déchets qu’ils jugent encore consommables. Le tout, sous l’œil des caméras. Après la récolte, des chefs cuisiniers s’emparent des fruits et légumes pour les cuisiner en pleine rue. Et quand les petits plats sont prêts, tout le monde, y compris les passants sont invités à déguster ces déchets recuisinés.

Le slogan de l’émission et du site web est simple : « Food is culture…don’t waste it – cook it ! »

Pour vous donner une idée, voici un épisode de ce Top chef super écolo:

Un sujet dans l’ère du temps

L’heure est à la prise de conscience de l’ampleur du gaspillage alimentaire à l’échelle mondiale. D’où le lancement, le mois dernier, par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), la FAO et  l’Organisation mondiale des Nations Unies pour l’alimentation, d’une campagne intitulée « Pensez. Mangez. Préservez. Dites NON au gaspillage alimentaire ! » pour lutter contre ce fléau en modifiant les habitudes alimentaires. Car près d’un tiers de la nourriture produite est gaspillée ou perdue chaque année dans le monde, ce qui représente une valeur monétaire d’environ 1 trillion de dollars (un milliard de milliards de dollars). « Dans un monde de sept milliards de personnes, qui atteindra neuf milliards en 2050, gaspiller de la nourriture est un non-sens d’un point de vue économique, environnemental et éthique » a déclaré M. Achim Steiner, Secrétaire Général adjoint des Nations Unies et Directeur exécutif du PNUE, le 22 janvier, à Genève, pour le démarrage de la campagne.

La participation de tous

©franck.siedeeler.free.fr

Une diminution des déchets alimentaires conduirait à une utilisation plus efficace des terres, une meilleure gestion des ressources en eau, une utilisation plus durable du phosphore, et cela aurait des répercussions positives sur le changement climatique. Qu’il s’agisse des consommateurs, de l’industrie alimentaire ou des gouvernements, tous ont un rôle à jouer pour réduire les 1,3 milliards de tonnes de nourriture gaspillée ou perdue chaque jour. C’est à dire qu’à l’échelle locale, les familles, les supermarchés, les chaînes d’hôtels, les écoles, les clubs sportifs, les associations, les chefs d’entreprise, les maire, les dirigeants …tout le monde, sans exception doit être impliqué.

Cette chronique « Bonne Nouvelle » a été diffusée le lundi 25 février 2013 sur Europe 1. Retrouvez chaque jour sur Néoplanète les chroniques « Bonne Nouvelle » et « Environnement » de Yolaine de la Bigne, enrichies de photos, de vidéos et de liens internet. 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.