Qu’est-ce qu’elle a ma gueule ?

fraises.jpg credit les gueules casséesIls font le buzz en ce moment avec leur label « Quoi ma gueule ? » mais ça n’a absolument rien à voir avec notre Johnny national !

ENV 03 06

Version écrite de la chronique, collaboration Nathalie Cayzac

A moins que Johnny n’ait décidé de faire le tour des rayons primeurs des supermarchés… Car il s’agit là d’une opération au titre un peu provoc’ destiné à mettre en vente dans des enseignes de grande distribution des fruits et légumes non calibrés, ce à quoi on n’est plus habitué du tout. Aux rayons primeurs vous l’avez sûrement remarqué, tous les produits se ressemblent, calibres, couleurs, formes : ils sont tous beaux au point qu’on les croirait passer au fameux logiciel photoshop, vous savez celui-là même qui fait que toutes les femmes sont belles dans les magazines féminins !

Et grâce à ce nouveau label, nous découvrons des fruits et légumes destinés au rebut 

C’est encore une facette du grand scandale qu’est le gaspillage alimentaire : certains produits sont mis sur la touche par les cultivateurs parce qu’ils supposent qu’ils ne séduiront pas le consommateur. Résultat, entre 10 et 30% des fruits et légumes n’arrivent jamais dans nos assiettes alors qu’ils sont délicieux ! Et ce gaspillage passe aussi par le porte-monnaie du consommateur nous précise le Parisien, car pour chaque pomme achetée par exemple, nous payons aussi le coût des pommes jetées en énergie, main-d’oeuvre etc !

Concrètement comment et où cette opération fonctionne-t-elle ?

quoi ma gueule logo.qmg-7cm.vectorLa semaine dernière, le magasin Auchan de Vélizy en région parisienne a donné le coup d’envoi avec des fraises un peu trop larges et des cerises « bruts de cueille » c’est-à-dire trop grosses ou trop petites par rapport à la norme ; cette semaine 17 Monoprix dans toute la France suivent le mouvement ; en rajoutant des abricots pâlichons et un peu cabossés mais au goût divin de Provence. C’est vraiment une idée maligne car c’est du gagnant/gagnant : les producteurs vendent leurs produits moins chers certes mais ils en jettent moins et ne perdent plus de temps à les trier quant au consommateur, ils découvrent de ‘vrais’ primeurs à des prix tout à fait abordables ! Chapeau bas à Nicholas Chaballe et Renan Even de la société Sols et fruits, co-créateurs de Quoi ma gueule pour cette initiative originale et savoureuse !

 

 

La chronique « Quelle Époque Éthique » de Yolaine de la Bigne sur ce sujet a été diffusée mardi 3 juin 2014 sur Europe 1. Retrouvez chaque jour sur Néoplanète ses chroniques « Bonne Nouvelle » et « Quelle Époque Éthique », enrichies de photos, de vidéos et de liens Internet.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.