La France stoppe la recherche sur les OGM

peuplierL’Inra a annoncé, samedi 13 juillet, avoir détruit sa dernière plantation à vocation scientifique. La France n’expérimente donc plus les organismes génétiquement modifiés !

L’information, tombée en plein week-end du 14 juillet, aurait pu passer inaperçue… L’Institut national de la recherche agronomique (Inra) a communiqué via son site Internet sa décision de détruire son dernier champ d’essai pour OGM. Les peupliers génétiquement modifiés, plantés en 1995 près d’Orléans, ont donc disparu. Les scientifiques y étudiaient en autres l’effet de la modification de la biosynthèse des lignines sur les propriétés du bois* en espérant commercialiser les arbres dans l’industrie papetière mais aussi la production de biocarburants de 2ème génération.

« Le fiasco est complet »

Cette décision de l’Inra survient alors que leur projet était déjà suspendu depuis plus d’un mois, dans l’attente de recevoir un renouvellement d’autorisation de la part du ministère de l’Agriculture. Plutôt que de s’attarder trop longtemps, l’Institut de recherche a préféré détruire sa plantation, qui était alors le dernier espace de recherche OGM en France.

« Le fiasco est complet », regrette le biologiste Marcel Kuntz dans les colonnes du Figaro. « Les chercheurs en biotechnologies végétales ne peuvent plus faire d’essai OGM en plein champ. Les opposants ont cru combattre Monsanto mais, en réalité, c’est la recherche publique qui a été laminée. Pas moins de 20 essais menés par des instituts de recherche financés par des fonds publics ont été détruits en Europe depuis 1999. Tout cela ne doit rien au hasard, il s’agit d’une action coordonnée et systématique ».

La France dit donc au revoir à la recherche OGM, un secteur qu’elle dominait pourtant dans les années 90, mais qui explosent aujourd’hui partout dans le monde au-delà de l’Europe.

* : l’idée étant d’obtenir une pâtes à papier nécessitant moins de produits chimiques

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Après un passage à Paris-Normandie et au service politique de Nord Éclair, Grégoire Gantois, étudiant en journalisme à l'ISCPA, s'intéresse aujourd'hui à l'actualité écologique et environnementale à Néoplanète.