Un forage à Paris

Mardi 26 février,  des représentants du gouvernement équatorien viennent à Paris pour proposer la vente de millions d’hectares de la forêt amazonienne à des investisseurs, dont la compagnie pétrolière Total. Pour empêcher que l’Amazonie ne soit transformée en un gigantesque champ pétrolier, « Avaaz » organise un forage spectaculaire en plein cœur de Paris, devant l’Hôtel où se tient cette rencontre.

Avaaz (cybercommunauté de plus de 15 millions de personnes à travers le monde), saisira cette opportunité pour interpeller le Ministre équatorien des Ressources naturelles, Wilson Pastor, et lui remettre une pétition mondiale signée par 1.092.950 citoyens. Ils appellent le président de l’Équateur Rafael Correa, à stopper l’exploitation pétrolière dans l’Amazonie équatorienne. Cette pétition, créée par des membres de la tribu Kichwa dans la région de Sani Isla, demande que cesse la mise aux enchères de leurs terres par le gouvernement équatorien. Ce dernier  souhaite vendre 4 millions d’hectares de jungle amazonienne, une zone de la taille des Pays-Bas, aux géants pétroliers d’ici à novembre 2013.

Pedro Abramovay, directeur de campagne pour « Avaaz » rappelle que « un million de citoyens appellent le président Correa à préserver sa réputation mondiale de Président Vert et à cesser cette ruée vers le pétrole d’Amazonie en Équateur. Cette décision menace de déplacer et de détruire sept tribus qui ont protégées ces terres depuis des générations. S’il vend ces terres aux barons du pétrole, il enfreindra la constitution équatorienne et sacrifiera l’un de plus beaux trésors de notre planète pour en faire un champ de pétrole. »

L’impact potentiel de forages au cœur de la zone la plus riche du monde en termes de biodiversité est stupéfiante. En quelques chiffres : un seul hectare de forêt amazonienne contient plus d’espèces animales que toute l’Amérique du Nord. 8% de toutes les espèces amphibies de la planète et 16% des espèces d’oiseaux se trouvent dans l’Amazonie équatorienne. Côté flore, 18.176 espèces de racines de plantes ont été identifiées, soit 5% du total au niveau mondial. Plus de 20% de l’oxygène mondial est produit dans la forêt vierge amazonienne.

Pendant que la mise aux enchères de l’Amazonie se poursuit, les promesses du gouvernement sont examinées par ses rivaux politiques, les Équatoriens ainsi que par l’ensemble de l’opinion publique mondiale.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Après obtention d'une Licence de Psychologie et actuellement en Master de Journalisme à l'Institut Supérieur de Formation au Journalisme (ISFJ), Néoplanète lui a ouvert ses portes pour son premier stage dans le métier. Transmission de l'information, analyse de l'actualité et rédaction d'articles pour le magasine et son site internet sont devenu son quotidien durant quelques mois, le tout sur fond green bien sur.