Un repas de fête bio et écolo

À l’approche de Noël et de la Saint-Sylvestre, vous rêvez d’un réveillon savoureux, festif mais éco-responsable ? C’est possible, car refuser l’hyperconsommation n’est pas forcément synonyme de pauvreté dans l’assiette. Loin de là !

Vous ne voulez pas acheter des productions industrielles ou cruelles envers les animaux, mais vous avez envie que votre table mette l’eau à la bouche à vos invités ? Petit tour d’horizon de ce qu’il est bon de cuisiner pour les fêtes.

Des entrées raisonnables

En hors-d’oeuvre, ceux qui sont sensibles à la cause animale refuseront de manger du foie gras. En effet, en France, cette appellation concerne les produits dont la préparation inclut le gavage. À la place, on opte pour des mousses ou pour une petite invention parisienne baptisée le Tofoie gras. Nous avons rencontré son créateur, Sébastien Kardinal, en pleine démonstration, lors du concours Saveurs durables, saveurs véganes.

Un peu de tofu, de la margarine, des épices, du vin et du cognac, et le tour est joué (retrouvez la recette, en vidéo, sur www.neoplanete.fr). Après deux heures de pause au réfrigérateur, cette spécialité se déguste sur du pain frais. Bon, d’accord, les puristes du Sud-Ouest ne seront pas enthousiastes ! « Je n’ai pas cherché à copier le goût exact du foie gras. L’intérêt était de créer une fusion entre notre culture gastronomique et des produits d’origine végétale », explique l’inventeur de la recette et co-fondateur du site vg-zone.net

En revanche, pour les amateurs d’huîtres, aucune restriction. Elles sont bio par nature, soumises à des vérifications strictes sur la qualité de l’eau dans leur zone d’élevage et excellentes pour la santé. On les mange vivantes et à la main, c’est meilleur ! Attention, toutefois, à privilégier les ostréiculteurs français, car, en période de fêtes aussi, il faut penser local.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Après des études de journalisme à Paris et Dublin, Julie s'est lancée comme correspondante pour des sites d'informations québécois, couvrant l'actualité française. En 2013, elle revient sur les bancs de Néoplanète, qu'elle avait déjà arpentés quelques années plus tôt. En parallèle, elle cultive son blog, consacré au voyage.