Femmes entrepreneures : un prix au service de l’innovation durable

Cette année encore se prépare la remise du prix de l’Entrepreneure Responsable, par la European PWN (Professional Women’s Network). Une occasion de récompenser des femmes qui ont le sens des affaires mais qui n’oublient pas qu’entreprenariat peut rimer avec développement social et durable.

 

 

 

 

 

 

 

La European PWN est une association qui offre aux femmes professionnelles de toute l’Europe une plateforme en ligne proposant réseaux sociaux et outils éducationnels. Le but ? Promouvoir un développement professionnel au féminin. L’association propose un grand nombre d’évènements tout au long de l’année, et ce prix de l’Entrepreneure Responsable a l’intérêt de se pencher plus précisément sur les pratiques socialement et écologiquement responsables des femmes entrepreneures.

Ainsi, pour la deuxième année consécutive, des femmes dont l’entreprise a moins de trois ans et offre un intérêt social ou environnemental, ont été sélectionnées pour ce prix. L’appel à candidature s’est fait durant l’automne, avant la sélection des semi- finalistes puis des trois finalistes au début du mois de février. Dernière étape demain : le jury va choisir sa nouvelle lauréate et lui remettre le prix au Comptoir Général à Paris (10ème). Cette dernière bénéficiera ensuite, durant une année, d’un accompagnement professionnel pour développer et optimiser son projet.

Les trois finalistes en lice proposent des projets très différents, tous innovants. Delphine Faucon s’est spécialisé dans la diététique. Son projet CRESNA se donne pour mission de faire découvrir les bénéfices d’une alimentation saine. Comment ? Via des ateliers et des formations, ainsi qu’une plateforme Internet qui offre outils, réseau d’échanges et services. Stéphanie Lebleuze, quant à elle, propose TERRA IN DESIGN, un réseau de conseil dont le but est d’assurer une meilleure gestion de l’espace dans, et en dehors des villes. Le résultat en serait par exemple des loyers réduits, mais aussi un lien social renforcé et un étalement urbain moindre. Enfin, Cécile Galoselva a créé ETIC, une entreprise qui propose et gère des espaces professionnels abordables à l’intention des acteurs du développement durable.

La lauréate de l’édition 2011 du concours n’a que du bien à dire de ce prix : « Le concours m’a séduite par sa qualité et son degré d’exigence. » Valérie Delesalle a remporté le prix avec son projet BOX VERSOO, qui propose aux entreprises des boîtes de recyclage pour les gobelets en plastique. Mais la société de Valérie va plus loin puisqu’elle offre aussi un service complet qui inclut l’enlèvement des boîtes, le recyclage des gobelets ainsi que le suivi en ligne d’un ‘compte recyclage’. Elle nous explique : « Je ne me définis pas comme écologiste, mais plutôt comme une personne qui participe à sa mesure au mouvement vers une économie plus respectueuse ».

Lorsqu’on lui demande si elle a un conseil à donner à la future lauréate, Valérie n’hésite pas : « Il faut vivre pleinement cet accompagnement aussi efficace que convivial. C’est une véritable chance ! »

 

© Photos : Valérie Delesalle-Sue Rynski

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone