Fanny Struelens, la maraîchère bio et les ouvriers autistes

Le Prix Terre de Femmes, créé en 2001 par la Fondation Yves-Rocher, récompense des femmes éco-citoyennes souvent anonymes qui agissent pour l’environnement. C’est la française Fanny Struelens qui a remporté cette année le premier prix. Portrait…

Monitrice-éducatrice de formation, Fanny souhaite assez tôt travailler avec des personnes handicapées. Son objectif : leur permettre de s’autonomiser en s’épanouissant socialement et professionnellement. En 2007, la jeune femme de 25 ans rejoint l’association Sésame Autisme Languedoc et s’engage auprès d’adultes autistes dans un projet de maraîchage biologique. Le but de l’atelier est alors de concilier le respect de l’environnement et de valoriser le travail de personnes handicapées.

L’atelier que Fanny propose permet de construire des liens. Liens à la terre lors les récoltes, liens aux autres avec le travail en équipe, mais aussi liens avec l’extérieur par la vente directe au client. A l’avenir, Fanny souhaite faire de l’atelier un lieu de découverte et de sensibilisation en aménageant un site pour recevoir des visites. Deux autres idées pourraient bientôt voir le jour : construire une serre en verre avec des panneaux photovoltaïques pour augmenter la capacité de stockage des légumes et lancer la livraison de légumes à domicile.

L’autisme reste aujourd’hui une pathologie mystérieuse caractérisée par un isolement et détachement de la réalité. Les ateliers de maraîchage offrent un outil pédagogique idéal pour aider les personnes atteintes de  ce trouble.

Plus d’infos : www.lapradelle.com et www.yves-rocher-fondation.org

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone