Carte Générations Futures :

Faites-vous partie des victimes de pesticides ?

Ce matin, les voix de professionnels et de particuliers ont été unis sous une même bannière pour lutter contre l’usage des pesticides. L’association Générations Future a mis en ligne la 1ère carte interactive des victimes des pesticides en France. Depuis 2000, les membres de l’association – qui proposait à l’origine un soutien aux populations impactées – ont récolté près de 400 témoignages, dont seulement la moitié a été validée pour l’instant.

CartePesticides
Capture d’écran de la carte des victimes de pesticides © Générations Futures 2016

L’objectif est évidemment de donner de la visibilité à ce problème trop souvent poussé sous le tapi.

Demande des riverains :

  • Mise en place d’une zone tampon de 100 mètres sans pulvérisation, ainsi qu’un contrôle strict pour veiller au respect de la mesure.
  • Une totale transparence de la part des exploitants utilisant des pesticides (bannières informatives, outils de mesure, prévention etc.).
  • Réglementer drastiquement les pulvérisations (lieux, moments, type de produits utilisés) et interdire la pulvérisation aérienne.

Objectif des professionnels :

  • Faire reconnaître les pathologies liées aux pesticides et assurer la prise en charge des malades (soins et indemnisations).
  • Interdire les produits nocifs pour la santé et poursuivre les recherches scientifiques.
  • Promouvoir les solutions alternatives et renforcer la prévention auprès des professionnels et non professionnels.

L’association AMLP (Alerte des Médecins sur Les Pesticides) avait déjà formulé en 2013 un certain nombre de requêtes directement adressées à l’État. Ils demandaient la mise en place de mesures de santé public pour régler le problème des pesticides en France. Génération Future quant à elle, ne va pas s’arrêter là. Elle est déjà en marche pour élargir la carte à l’échelle européenne.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Léo Arguillère

Journaliste Multimédia et occasionnellement musicien et acrobate urbain. Proche de la nature tel un hippie sauvage, et déjà concerné par les questions de bien-être et de santé, c’est après avoir vu le film Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent que Léo s’est engagé dans l’écologie. Ce documentaire l’a convaincu que le combat n’était pas vain, qu’il y avait encore de l’espoir et qu’il fallait se battre pour montrer au monde les solutions qui existent.