Exposition : Elles changent l’Inde au Petit Palais

Du 21 octobre au 8 janvier, le Petit Palais expose les héroïnes ordinaires d’une Inde en pleine mutation où la femme est porteuse de nouvelles initiatives entre traditions et modernités.  Reportage.

Elles changent l’Inde est le fruit d’un partenariat entre l’agence Magnum Photos et BNP Paribas qui fête cette année ces 150 ans de présence en Inde. Plus de cent photographies sont présentées dans le hall Jacqueau. Le résultat d’un travail de plusieurs semaines mené par six photographes de l’agence, avec chacun une thématique à illustrer.

Martine Franck, co-fondatrice de la fondation Henri Cartier-Bresson et membre de Magnum Photos depuis 1983. Elle a travaillé sur les femmes, le microcrédit et les groupes d’entraide. « Toutes les rencontres ont été organisées avant mon arrivée, explique-t-elle. Moi j’ai passé 15 jours en Inde seulement, mais sous 40°C à l’ombre ! » Cette commande a permis à la photographe de découvrir un univers qu’elle connaissait à peine : « J’ai été très impressionnée par la solidarité entre ces femmes, cette volonté d’entraide et d’indépendance face à leurs maris. Il faut savoir que lorsqu’elles empruntent de l’argent à une banque, elles ne leur disent pas. J’ai une très grande admiration pour ces femmes qui ne se laissent pas abattre ».

 

 

Au cours de l’exposition, les visiteurs découvrent en effet des femmes fortes qui allient tradition et modernité. Avec Alex Webb, on part à la rencontre de femmes soldats, « chauffeuses » de taxi ou cuisinières. En face, les photos d’Alessandra Sanguinetti nous emportent dans les coulisses de Bollywood où la femme a su se faire une place en tant qu’actrice, réalisatrice ou même éclairagiste.

 

 

Olivia Arthur, habituée à travailler sur la question de la femme et du fossé entre Orient et Occident, a suivi de jeunes femmes accomplies, « les indiennes d’aujourd’hui », comme Karuna Nundy que l’on aperçoit en tenue d’avocate à la Cour Suprême, mais aussi en tenue plus traditionnelle lors d’une cérémonie d’offrandes.

Les Indiennes ont réussi à conquérir les sphères du pouvoir et parfois même jusqu’à la présidence des panchayats -conseils municipaux. Patrick Zachmann, en charge de cette thématique nous explique : « En 1992, une loi a été votée pour qu’un tiers des sièges soit réservé aux femmes. J’ai fait en Inde des rencontres marquantes avec des femmes extraordinaires. Elles sont à la fois actrices de la vie politique mais savent aussi écouter les problèmes personnels d’autres femmes. Un peu comme des psychologues. » Durant trois semaines en Inde, Patrick Zachmann a du aussi composer avec les maris de ses héroïnes. « C’était un peu tendu parfois, surtout parce qu’ils n’ont pas le contrôle de ce qu’elles disent ou de ce que je fais avec elle, confie-t-il. Mais ce sont des femmes très libres, qui ne se laissent pas faire. Le grand défi de l’homme au sens large sera de libérer la femme. »

Une femme qui s’est libérée seule, influencée par des icônes photographiées par Raghu Rai, dont les portraits clôturent cette exposition pleine de couleur et d’humanité.

Reporters sans frontière a décidé de consacrer son album 100 photos pour la liberté de la presse à cette exposition. Il est en vente, au profit de l’association, depuis le mois de septembre à 9,90 euros. Parallèlement, un livre accompagne cette exposition, réalisé entre autres avec la maison d’édition féministe indépendante Zubaan, basée à New Delhi.

 

Photos:
1. © Martine Franck / Magnum Photos
3. © Patrick Zachmann / Magnum Photos

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Après des études de journalisme à Paris et Dublin, Julie s'est lancée comme correspondante pour des sites d'informations québécois, couvrant l'actualité française. En 2013, elle revient sur les bancs de Néoplanète, qu'elle avait déjà arpentés quelques années plus tôt. En parallèle, elle cultive son blog, consacré au voyage.