Expo : « Les Survivants de l’extrême »

L’exposition « Les Survivants de l’extrême » explore les endroits les plus inhospitaliers du globe, des lieux les plus chauds à ceux les plus pauvres en oxygène. Dans ces milieux extrêmes, animaux et végétaux se sont adaptés à leur environnement et vivent là où survivre est un art. Découvrez à Paris, jusqu’au 28 août prochain, ces champions de l’extrême.

Lequel des deux bacs est le plus froid ? Bonne question ! La première pièce de l’exposition est consacrée au froid. Un mur glacial à toucher, un film à regarder, des épaisseurs de poils d’animaux à comparer… et un phoque ! Lui résiste au froid grâce à ses 5 cm de couche de graisse sous la peau. Impressionnant ? Attendez de voir dans la salle d’à côté, dédiée aux sécheresses, ce chameau grandeur nature capable de stocker l’eau ou d’en avaler 200 litres en 3 minutes. Ou cette surprenante plante sélaginelle qui se recroqueville et se dessèche en attendant la prochaine pluie.

Plus loin, l’autruche dévoile ses secrets aux visiteurs : en augmentant son rythme de respiration, elle élimine les surplus de chaleur et garde ainsi sa fraicheur. Mais en hauteur, trop de fraicheur n’est pas bon. Plus on s’élève en altitude et plus l’oxygène se raréfie. Difficile d’y vivre. Dans cette aile, le visiteur peut se photographier auprès d’un alpiniste et tester sa capacité respiratoire en mesurant sa quantité d’oxygène rejetée. Dernière étape de l’exposition : le noir. Dans les grottes ou au fond des océans, aucune vision n’est possible. Les espèces qui y vivent développent des alternatives sensorielles. Un jeu d’équipe explique comment la chauve-souris repère son environnement en émettant des ultra-sons et en écoutant leurs échos. Vous pouvez aussi vous diriger à l’aveugle dans un parcours permettant de reconnaître au toucher différents animaux.

Cette exposition ludique est idéale pour les enfants. Expériences en tout genre, films et photos leur permettront de faire leur propre expérience. Petit bémol tout de même : s’il y a du monde, la place manque et les activités sont moins accessibles.

« Les Survivants de l’extrême » est co-produite par l’Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique, le musée Naturalis de Leiden en Hollande, l’Experimentarium de Copenhague, au Danemark.

Du 8 février au 28 août 2011 au Palais de la découverte, un lieu Universcience

Avenue Franklin Roosevelt 75008 Paris

Ouvert du mardi au dimanche de 9h30 à 18h – Dimanche et jours fériés 10h à 19h

Entrée tarif normal : 7€, tarif réduit : 4,50€

Supplément Planétarium : 3,50 €

http://www.palais-decouverte.fr


Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone