Expo : les objets trouvés et détournés de Fanny Viollet

La galerie Nathalie Gas & Bernard Guillon consacre une exposition à l’artiste plasticienne du fil Fanny Viollet. Elle invite le public à partager une nouvelle approche du «détournement durable». « Objets trouvés, objets détournés » nous plonge ainsi au cœur d’une démarche artistique qui raconte la remise en scène de petits restes du quotidien voués à la disparition.

Depuis plusieurs années, le travail plastique de Fanny Viollet est influencé par l’attention qu’elle porte aux choses minuscules du quotidien, objets oubliés, perdus ou laissés au rebus, qu’elle collecte, glane ou ramasse lors de ses déambulations citadines. Tickets de métro, mouchoirs en tissu, opercules de pots de yaourts, emballages alimentaires, bagues des écheveaux de coton à broder… Tous ces objets sont ensuite manipulés, abandonnés aux doigts de fée de l’artiste.

Ses techniques sont aussi modestes que les matières d’origine. Généralement elle se sert de fil pour assembler tous ces petits restes avec des points de couture ou de broderie. Ecriture, mots ou signes sont souvent présents. Toutes ses œuvres sont des histoires, des bouts de vie, des métaphores. Par sa démarche poétique de “fétichiste obsessionnelle” de l’objet, elle garde la mémoire de nos vies.


Fanny Viollet revient sur son parcours artistique

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2011/05/fanny-viollet-Piste-1.mp3|titles=Fanny Viollet revient sur son parcours artistique]

Elle nous explique son travail et l’intérêt d’une telle exposition

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2011/05/fanny-viollet-piste-2.mp3|titles=Elle nous explique son travail et l’intérêt d’une telle exposition]

L’artiste décrit le message qu’elle désire faire passer à travers cette exposition

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2011/05/fanny-viollet-piste-3.mp3|titles=L’artiste décrit le message qu’elle désire faire passer à travers cette exposition]

A propos de l’artiste

Fanny Viollet est née en 1944 à Angoulême. Elle vit aujourd’hui à Paris. Elle débute avec des études de mathématiques puis se dirige vers les études d’Histoire de l’Art et d’Arts plastiques. À Paris, à la fin des années 70, elle pratique une véritable immersion dans la création contemporaine. À partir de sa maîtrise en Arts plastiques, elle prend le risque d’une expression connotée “ouvrages de dames” sans renier ses penchants pour l’art conceptuel. Elle a travaillé dans le monde entier et a remporté de nombreux prix internationaux.

 

Objets trouvés, objets détournés, à la Galerie Nathalie Gas & Bernard Guillon –11 rue de Miromesnil – 75008 Paris, jusqu’au 28 mai 2011.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone