Expo : Charbon + glace = ?

L’exposition « Coal + Ice » se tient actuellement à Pékin, mais sa résonnance dépasse les frontières chinoises. Des mines de charbon aux glaciers de l’Himalaya, l’homme se retrouve face à sa soif d’énergies, et à ses conséquences parfois désastreuses.

Pour cette exposition sans précédent, la galerie d’art pékinoise Three Shadows a vu les choses en grand. Pour la première fois, ce centre artistique de renom a décidé de consacrer la totalité de sa surface -880m²- à l’exposition Coal + Ice (comprenez charbon + glace). Une équation dont la solution est malheureusement la fonte des glaciers.

Trente photographes, chinois, américains, russes, malaisien ou européens, ont participé à cet évènement produit par l’Asia Society de New York. Dans les différentes salles de la galerie, on retrouve les portraits de mineurs réalisés par Robert Capa ou Lewis Hine, entre autres, mais aussi les photos d’archives de la propagande chinoise, aux côtés des panoramas de l’Himalaya. Jeroen de Vries, le conservateur et designer de l’exposition explique dans la vidéo ci-dessous (en anglais): « Je ne voulais pas que les photographies viennent illustrer une histoire, mais qu’elles parlent d’elles-mêmes et qu’elles créent un dialogue entre les photographes  de différentes époques et de différents pays ».

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=f4YerY7Lu_g[/youtube]

Au sommet des glaciers, la fonte s’accélère, menaçant les habitants en aval. En effet, ce sont les glaces du plateau tibétain qui sont la source des grands fleuves d’Asie. L’accélération de leur dissolution risque d’avoir des conséquences dramatiques pour des milliers de personnes.

L’exposition, qui a débuté à la fin du mois de septembre, espère s’exporter tout autour du monde afin de toucher un maximum de personnes.


Photos:
David Breashears, glacier de Kyetrak, versant nord de Cho Oyu, Région autonome du Tibet, Chine, 2009.  Image partagée par GlacierWorks.
Yu Haibo, Pingdingshan, province du Henan, 2007.  Image partagée par Yu Haibo.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Après des études de journalisme à Paris et Dublin, Julie s'est lancée comme correspondante pour des sites d'informations québécois, couvrant l'actualité française. En 2013, elle revient sur les bancs de Néoplanète, qu'elle avait déjà arpentés quelques années plus tôt. En parallèle, elle cultive son blog, consacré au voyage.