Série franchouillarde :

Evitez les arnaques des géants de la réservation

Sur le marché de la réservation en ligne de restaurants, d’hôtels ou de voyages, c’est un combat digne de David contre Goliath qui a débuté : d’une part les géants regroupant des milliers d’adresses, de l’autre des start-ups bien décidées à faire concurrence. Alors comment s’y retrouver ?

binary-1044146_640

Aujourd’hui pour réserver un voyage, un hôtel ou encore un restaurant, il suffit de naviguer vers les sites tels que TripAdvisor ou Booking.com. Regroupant des milliers d’adresses, ces mastodontes ont réussi à s’imposer comme référence chez les internautes. Comment ? En s’installant sur ce marché prometteur dès ses débuts. Une opportunité en or massif qui les rend presque indétrônables. Pourtant, des enquêtes ont montré que ces paradis de la réservation en ligne ne sont pas aussi parfaits qu’ils en ont l’air.

Vers quelles alternatives se tourner ? 

Si vous avez besoin d’un logement meublé pour quelques mois, Airbnb n’est sans doute pas la meilleure solution. En plus, des villes comme Barcelone, Berlin ou encore Paris, ont la société en ligne de mire… Et justement, le groupe leader des « appartements-hôtels », Appart’City, a signé un partenariat avec MorningCroissant afin de « booster la location meublée à la française ». Ainsi, MorningCroissant est devenu le seul site proposant des locations meublées sur d’aussi longues durées, et à un prix compétitif, avec des loyers à partir de 540€/mois.

Pour l’hébergement, d’autres plateformes intéressantes ont vu le jour, comme la start-up lyonnaise qui a lancé le site nightswapping.com. Ici on ne ne parle pas d’argent : des points sont cumulés entre les utilisateurs pour échanger des nuits !

© Le Bon Repas
© Le Bon Repas

Pour les restaurants même topo, les géants de la réservation n’ont qu’à bien se tenir ! Avec Le Bon Repas, lancé en 2015, vous pouvez « trouver le restaurant dont vous avez envie ». Un projet qui fait directement concurrence au célèbre site La Fourchette (une branche de TripAdvisor). L’interface ultra-détaillée permet de choisir sa ville, son chef ou son restaurant préféré ! Ensuite, vous pouvez affiner votre recherche selon votre envie culinaire, votre budget ou encore sur l’ambiance du lieu. En plus, la plateforme est également gagnante pour les restaurateurs puisqu’ils n’ont qu’une cotisation annuelle à reverser, sans commission. « Ce n’est pas une startup pour devenir milliardaire, c’est une association pour montrer que nos restaurateurs peuvent faire autrement », explique le fondateur.

Capture d'écran d'une recherche sur Hellotrip
Capture d’écran d’une recherche sur Hellotrip

Pour être sûr d’acheter les billets au meilleur prix, optez pour Hellotrip ! En effet, le site permet de choisir sa destination en fonction de ses moyens, à partir de la ville de départ et des dates souhaitées.

Prenez gare au business des faux avis

Fin de l’année dernière, le journal britannique Daily Mail épingle TripAdvisor pour de faux commentaires positifs ou négatifs afin de privilégier certains établissements. Avec l’essor des réseaux sociaux, les commentaires des particuliers ont pris de l’importance. A tel point qu’un marché de fausses recommandations se forme, au détriment des consommateurs. Selon la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes), qui s’est appuyée sur plusieurs études, le pourcentage des avis fabriqués en ligne atteindrait 30%.  L’AFNOR a ainsi créé en 2013 une norme d’application volontaire afin de réguler les commentaires. Ainsi les internautes souhaitant poster leur avis devront être joignables et le droit de réponse sera appliqué.

Outre ce marché parallèle qui ébranle la fiabilité de ces sites, la politique du clic pose également la question de leur réelle efficacité. Dans un souci de satisfaire les annonceurs, le clic devient rentable et donc recherché aux dépens de l’internaute, de l’hôtelier ou du restaurateur.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone