Déforestation :

Pourquoi éviter l’huile de palme dans les cosmétiques ?

L’huile de palme est partout, de la lessive au shampooing en passant par le dentifrice. Dans une première partie, on a vu qu’il était préférable de ne pas consommer l’huile de palme pour limiter les risques cardio-vasculaires. Certes, ce n’est pas le savon qui va attaquer notre petit coeur, mais il ne faut pas oublier celui de Mère Nature.

Forêt de palmier à huile, Greenpeace
Forêt de palmier à huile, Greenpeace

Si l’huile de palme est si nocive, pourquoi continuer à l’exploiter ? Tout simplement parce qu’elle rapporte aux grandes compagnies industrielles. Elle est produite en grosse quantité, moins chère que ses concurrentes et exploitable pour de nombreux sous-produits. Tout bénef’, sauf qu’il y a un revers de la médaille peu glorieux.

L’huile de palme ne pousse que dans les pays tropicaux. WWF a révélé que 12 millions d’hectares de terres sont déjà recouverts de palmiers à huile, essentiellement en Malaisie et Indonésie, mais aussi en Afrique Centrale et Amérique du Sud. Quand l’espace est occupé par les forêts, il suffit de tout brûler pour récupérer les terres et tout est défriché pour trois fois rien. Un ménage de printemps qui coûte la vie à de nombreuses personnes intoxiquées par les fumées et à des animaux qui sont brûlés vifs. Quant à la végétation, elle tend complètement à disparaître. En Indonésie, par exemple, ce sont les tourbières (zones humides boisées) qui flambent en relâchant des quantités importantes de gaz à effet de serre. Dans ces conditions, on ne croit pas trop au durable. 

La monoculture des palmiers est également synonyme de déboisement, réduction de la biodiversité, pollution des eaux et de l’air, extinction de certaines espèces d’animaux, augmentation des gaz à effet de serre… En bref, bonjour CO2 et adieu oxygène, gibbons et orangs-outangs. 

Exploitation de palmier à huile, Greenpeace
Exploitation de palmier à huile, Greenpeace

La RSPO : un apparat

Qu’en est-il de l’huile de palme durable ? « Greenwashing ? ». La RSPO (Table ronde pour l’huile de palme durable), créé en 2004, soutient un développement éco-responsable de l’huile de palme, sans modifier les conditions actuelles. Parmi les membres fondateurs, on trouve des producteurs, des banques, des associations comme WWF et surtout des multinationales telles que UNILEVER (qui détient Arial, Dove, Carte d’or, etc), FERRERO, et on en passe. Tiens tiens, comme le hasard fait bien les choses. Si on ne voit pas trop de différence avec l’huile de palme conventionnelle, c’est peut-être parce qu’il n’y en a pas. Les palmiers sont cultivés sur les mêmes terres, dans les mêmes conditions, et soumis au même traitement de déforestation, après tout pourquoi changer ?

Sur le papier la RSPO promet monts et merveilles, notamment en prenant en compte les conditions de travail des palmistes. Mais pour faire pousser un palmier en bonne santé, ne faut-il pas utiliser tout un cocktail énergisant à base de pesticides (aussi sein pour l’homme que pour l’environnement) ? Quand on voit leur engagement contre la déforestation, on se pose quelques questions quant à l’efficacité de leur programme… D’ailleurs, un autre programme, le plan « zéro déforestation », a été mis en marche depuis quelques années pour voler au secours des forêts. Il est soutenu par Greenpeace et des ONG telles que Cœur de forêtEnvol vert et Planète amazone.

Dans un prochain article, nous vous donnerons plusieurs références de produits afin de vous aider dans les achats !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Laura Stefanutto

Passionnée par le monde et ses richesses culturelles, elle écume les mers depuis son plus jeune âge. Bien décidée à profiter de ce que lui offre la vie, elle débute une série de voyage en solitaire, avec l’Australie notamment, après l’obtention de son bac. Quelques mois plus tard et des souvenirs plein la tête, elle revient en France pour entamer une école de journalisme. Sensible à la cause humaine et environnementale, elle est convaincue qu'un avenir meilleur est possible.