Europe et climat : un bon plan ?

creative commonsL’Union européenne a trouvé le 24 octobre à Bruxelles « le bon compromis » (dixit François Hollande) sur la politique énergétique et la lutte contre le changement climatique mais cet accord a été jugé insuffisant par les associations écologistes pour faire face à la menace du réchauffement.

Les trois objectifs de ce « Paquet énergie-climat 2030 », difficile à négocier sur le partage du fardeau entre les pays les plus avancés et les moins performants (pays de l’Est) portent essentiellement sur :

  • la réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40 % d’ici à 2030 par rapport à 1990, ce qui correspond aux ambitions françaises ;
  • la progression des énergies renouvelables à 27 % du mix électrique (contre 14% aujourd’hui) et 32% en France
  • l’amélioration de l’efficacité énergétique de 27 % d’ici à 2030.

wikipediaLe président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, n’a pas hésité à dire qu’il s’agissait là de « la politique énergétique et de climat la plus ambitieuse au monde », ce qui est vrai dans la mesure où les autres régions du monde n’ont pas vraiment de politiques climatiques, y compris aux Etats-Unis. « L’Europe montre l’exemple », selon François Hollandetandis que Angela Merkel y voit « un cadre décisif pour donner une voix à l’Europe dans les négociations internationales », à Paris fin 2015.

Pour les ONG environnementales, il s’agit d’un accord a minima « bien en deçà de ce qui pourrait être fait par l’Europe pour combattre le changement climatique » (Les Amis de la Terre) et « coup de frein à l’énergie propre », aux yeux de Greenpeace. L’objectif de moins 40% de CO2 en 2030 semble en effet assez facile à atteindre dans la mesure où les émissions de l’UE ont déjà baissé de 18% par rapport à 1990, pour un objectif fixé à 20% en 2020.

Les pays de l’Europe orientale (la Pologne, où 90% de l’électricité vient du charbon, la République tchèque, la Hongrie, la Roumanie et la Bulgarie) seront soutenus dans leur transition énergétique. Enfin, le marché des quotas de carbone sera réformé et les réseaux d’électricité seront mieux interconnectés.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yves Leers

Journaliste spécialisé dans les questions d’environnement (AFP), conseil en développement durable (L’Atelier du climat), ex responsable de la communication et de l’information de l’ADEME.