Etre végétarien, c’est « su-chic » !

Makis d’omelette aux shiitakésLe végétarisme a toujours été très ancré dans le mode d’alimentation japonais ; le livre de Brigid Treloar, « Sushi végétarien » publié aux éditions La Plagepermet d’allier tradition, santé et créativité. Avec une variation de légumes, découvrez comment faire de l’art avec vos spécialités asiatiques grâce à 30 recettes traditionnelles, ou bien influencées par l’innovation des bars à sushis californiens. Parfait pour tout itamae (chef sushi) débutant !

Makis d’omelette aux shiitakés

Pour 2 rouleaux (16 pièces)
• 315 g de riz à sushis (voir page 26) • 5 shiitakés marinés (voir page 23) finement hachés • 1 carotte marinée (voir page 22) pelée et coupée en julienne • 2 tranches d’abura agé émincées • 2 omelettes japonaises fines • 2 feuilles de nori • 1 concombre égrainé et coupé en bâtonnets • 60 ml de sauce soja japonaise •2 c. à s. de gari

Dans un saladier, incorporer au riz les champignons, la carotte et l’abura agé.

Couvrir une natte de bambou de film alimentaire. Poser dessus une omelette, puis la couvrir d’une feuille de nori. Couvrir le nori du riz préparé, en laissant libre une bande de 2,5 cm sur le haut de la feuille. Poser la moitié des bâtonnets de concombre en une rangée au milieu, en s’assurant qu’ils arrivent bien jusqu’au bord de la feuille de chaque côté.

Saisir la natte entre le pouce et l’index, par l’extrémité devant soi. Poser les autres doigts sur le concombre pour le maintenir et enrouler le maki vers l’avant, en appuyant pour faire adhérer le nori au riz et au concombre.

Dérouler la natte et le film alimentaire. Poser le rouleau sur une planche à découper, jointure vers le bas. Trancher le rouleau en 8 pièces à l’aide d’un couteau bien aiguisé que l’on essuie avec un linge humide entre chaque découpe.

Procéder de même pour l’autre rouleau. Servir avec la sauce soja japonaise et le gari.

Variantes : 1. Faire des rouleaux plus petits en utilisant une demi-feuille de nori. 2. Remplacer le concombre par des épinards ou des haricots verts blanchis, et l’abura agé par du tempeh.

En page 2, découvrez une deuxième recette plus verte, plus piquante.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Venue tout droit des États-Unis, Charlotte est rentrée en France pour faire ses études de journalisme à l'ISCPA - Paris. Après une première expérience de journalisme culture dans le Web, elle se tourne vers l'environnement et les animaux avec Néoplanète.