Ethical fashion show : la mode éthique vue par quatre continents

Réunir des créateurs de mode respectueux de l’environnement, c’est ce que fait l’Ethical fashion show depuis 2004, date de sa création. Ce salon de mode éthique rassemble chaque année des designers défendant les hommes et leurs conditions de travail et valorise des savoir-faire venus du monde entier. Aujourd’hui, c’est ce que nous avons voulu mettre en avant à travers ces quatre exemples.

Neelgar, Inde

Kamaldeep Kaur, designeuse et gérante de l’association Neelgar, propose un éventail de foulards et châles indiens en soie. La particularité ? Ils sont fabriqués grâce au Baandani, une technique de ligatures par nœuds, préservant certaines plages au cours de la teinture et créant un dessin. Ce sont les hommes et femmes de l’association (500 au total) qui s’attèlent à ce travail manuel, préservant ainsi des techniques ancestrales.

Le plus : l’association se fonde sur deux valeurs : garantir l’indépendance des femmes grâce à ce travail rémunéré et préserver l’environnement avec des teintures naturelles et peu polluantes. Neeglar.com

Baffs, Royaume-Uni

Ade Durojaiye est un nigérien qui a grandi au Royaume-Uni. Son idée ? Améliorer le commerce, l’emploi et les conditions de vie en Afrique. Parce que, même s’il s’est inspiré d’un mot nigérien pour créer sa marque (« baffs » signifie  « beaux vêtements »), son but est de montrer une image positive de l’Afrique et de ses coutumes, et faire en sorte que tous les peuples africains s’unissent (cf photos).

Le plus : ses t-shirts sont cousus par les Africains en utilisant un coton bio 100% africain (certifié Gots). Les encres utilisées sont à base d’eau. Sur http://www.baffs.co/, ils sont vendus 25 livres.

Doreen Mashika, Zanzibar

Chaussures, robes, accessoires, écharpes… vous en trouverez pour tous les goûts chez Doreen Mashika, et tout cela directement venu de Tanzanie. Tous les tissus sont fabriqués par des coopératives de femmes dans tout le pays. Pour Doreen, faire travailler ces femmes est d’ailleurs une véritable source de satisfaction : pouvoir faire un métier qu’elle aime tout en changeant leur vie, en leur donnant du travail, leur permettant de scolariser leurs enfants ou d‘aller se soigner, ça n’a pas de prix.

Le plus : ses créations sont réalisées à partir de coton bio ou d’un peu de soie. Pour ses bijoux, elle a opté pour la corne de vache. La vente en ligne ? Elle devrait être disponible fin mai ! Doreenmashika.com

Killa Knits, Pérou

Envie de voyager? A travers ses créations, Killa Knits vous emmène au Pérou ! Comment ressent-on l’influence des coutumes péruviennes sur ces vêtements ? Par le choix des fibres, bien sûr, puisque l’entreprise utilise essentielle de la laine d’alpaga et que 95% de ces camélidés vivent dans les montagnes du sud du Pérou. Mais aussi par les méthodes de tissages, manuelles, traditionnelles et propres aux communautés péruviennes.

Le plus : la fibre d’alpaga est reconnue pour son élasticité, sa douceur, sa résistance et l’isolation thermique naturelle qu’elle offre. En plus, elle n’est pas inflammable ! Killaknits.com.pe

 

 


Salon à l’Espace Pierre Cardin – Mars 2012 par ETHICAL-PRODUCTION

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone