Débat :

Etes-vous pour les industriels ou les fonds marins ?

Des situations loufoques se présentent de temps en temps… Mais quelle ne fut pas notre surprise à la rédaction ce matin, quand d’un côté nous lisions le coup de gueule envoyé par Claire Nouvian pour protester contre le chalutage profond, et de l’autre, la région Bretagne qui appelle à retirer l’amendement visant son interdiction. Nous avons donc décidé de vous publier les deux sons de cloche, de quel côté vous placerez-vous, des poissons ou des industriels ?

11181996_10154380722865550_9082848218541082748_n

Communiqué de BLOOM :

548200_10151257523500550_1227501104_n« Chers amis de BLOOM,

Sept ans que nous nous battons pour faire interdire le chalutage profond.

Ce que nous imaginions être assez simple et rapide est devenu une opposition musclée avec des lobbies industriels brutaux qui refusent tout changement et toute rationalité.

Alors qu’en Europe, le règlement visant à encadrer la pêche en eaux profondes est enlisé dans le marigot politique, la France a l’occasion, DEMAIN, de voter l’interdiction du chalutage profond dans ses eaux dans le cadre du projet de Loi Biodiversité. 

Réaction des industriels ? Un appel au blocage de ports et des menaces de représailles plus dures si le gouvernement ne retire pas l’amendement ! Alors que la pêche en eaux profondes ne concerne plus qu’un seul navire à temps partiel en France !

Interpellons les députés, apportons-leur des arguments robustes, scientifiques, référencés pour que cesse ce diktat de la terreur et du mensonge. Cette façon de faire est une insulte à la démocratie. 

Réagissons. Agissons. Maintenant.

http://www.bloomassociation.org/lobbies-industriels-contre-biodiversite-a-lassemblee-24h-pour-agir/

Merci de votre soutien. Sans votre mobilisation, impossible de faire bouger les lignes.

L’équipe de BLOOM »

Communiqué de la région Bretagne :

« Pêche en eaux profondes

Pour la Région Bretagne : encadrer plutôt qu’interdire

Dans le cadre des débats sur la loi biodiversité, un amendement a été soumis à l’Assemblée nationale visant à interdire le chalutage en eaux profondes. La Région Bretagne rappelle que ce débat a lieu depuis plusieurs années au niveau européen

Pour Pierre Karleskind, Vice-président à la mer et aux infrastructures portuaires, une interdiction française, au détour d’un amendement dépourvu de la moindre étude d’impact, serait sans effet puisque les bateaux étrangers pourraient continuer à pêcher, même dans les eaux françaises.

La Région Bretagne appelle au retrait de cet amendement afin que les négociations européennes se poursuivent, sur la base d’un encadrement de cette pêche, qui est déjà la plus contrôlée au monde. Une interdiction unilatérale serait contre-productive, et pourrait même menacer l’ensemble de la pêche au chalut, y compris la petite pêche côtière. »

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone