Etes-vous animalitaire?

Dignité AnimaleEntre la mobilisation des associations et l’opinion des consommateurs, la souffrance animale est de moins en moins acceptée. Et les pratiques d’élevages notamment sont pointées du doigt. Les industriels commencent enfin à prendre ces revendications en compte.


Enduits de faux sang et sous cellophane, les militants de « Dignité animale » manifesteront demain en faveur des animaux. Dans le cadre de la semaine pour l’abolition de la viande, l’association a choisi de mener une « action barquette de viande humaine » pour sensibiliser le public à l’exécution, la maltraitance et l’emprisonnement des animaux en élevage.

A noter que ce genre de démarche est de plus en plus soutenue par l’opinion publique. Parallèlement aux associations, les consommateurs aussi se préoccupent désormais des conditions d’élevage. Et pour cause, les industriels oublient la compatibilité entre bien-être animal et productivité, au dépit des bêtes. (voir vidéo : attention, images choquantes).

Alors qu’en 2007, 58 milliards d’animaux terrestres sont abattus dans le monde pour la viande (chiffres : Dignité animale), le nombre de végétariens augmente. Parmi eux, 75% le sont afin d’éviter cette souffrance, selon un sondage Terra eco-OpinionWay paru en avril.

La cause animale est un des plus grands enjeux du 21ème siècle. A tel point qu’un terme né dans les années 70 se démocratise de plus en plus : Animalitaire. Inspiré  d’ « humanitaire », il désigne la défense du bien-être en élevage. Cinq points constituent les fondements de cette notion : de la nourriture et de l’eau en quantité, un habitat adapté, prévenir les maladies et douleurs, éviter le stress et laisser s’exprimer le comportement naturel de l’espèce.

L’industrie semble répondre à la demande grandissante du public. Interrogé par Le Parisien, Jean-Louis Bignon responsable du congrès mondial de la viande (à Paris du 4 au 6 juin dernier) explique que  « l’Europe est le territoire où la réglementation sur le bien-être animal est la plus stricte. Pour les professionnels, cette pratique devient la norme ». Espaces plus larges obligatoires pour les poules pondeuses depuis cette année, interdiction d’élever un veau en cage individuelle depuis depuis 2002, formation des transporteurs pour éviter le stress des bêtes, etc. Les mesures aboutissent peu à peu.

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone