Les pouvoirs publics n’aiment pas les algues

Le tribunal administratif de Rennes a contraint l’Etat à rembourser sept millions d’euros au département des Côtes-d’Armor. Cette sanction s’ajoute à celle écopée un mois plus tôt pour quatre communes de la même région.

 

©Wikimedia algues vertesLes algues vertes n’en finissent pas d’embêter l’Etat. Après avoir déjà payé une amende de 122 932 euros le mois dernier pour rembourser le nettoyage des plages de quatre communes de Côtes-d’Armor, les pouvoirs publics ont dû se plier à une sanction encore plus sévère. Cette fois-ci, le tribunal administratif de Rennes a astreint l’Etat à indemniser le département des Côtes-d’Armor à hauteur de sept millions d’euros. Une addition salée visant à amortir les frais déployés par la collectivité depuis 2009 pour avoir nettoyé correctement les plages ainsi que pour avoir mené de nombreuses interventions préventives. « Il a bien fallu apprendre à connaître précisément l’origine de ces algues », explique Monique Le Clezio, vice-présidente du conseil général des Côtes-d’Armor dans les colonnes des Echos. « Nous n’avions aucun élément au début ».

Une transparence totale des dépenses

De l’argent a donc dû être débloqué pour lancer des études approfondies sur l’algue verte et sur les raisons de sa nuisance. On sait désormais que si elle cause autant de problèmes, c’est à cause de l’excès de nitrate d’origine agricole. Suite à cette découverte, une nouvelle somme a alors été débloquée afin de changer les habitudes des agriculteurs. Toutes ces dépenses figurent de manière nette et précise dans les comptes de la collectivité. Le tribunal administratif de Rennes n’a donc eu aucun mal à amender l’Etat et n’a fait que suivre la transparence des dépenses du département. Avec cette nouvelle amende, le dossier « algue verte » semble définitivement clos. A moins d’un énième rebondissement.

Plus d’informations sur les algues vertes ici !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Après un passage à Paris-Normandie et au service politique de Nord Éclair, Grégoire Gantois, étudiant en journalisme à l'ISCPA, s'intéresse aujourd'hui à l'actualité écologique et environnementale à Néoplanète.