Et si vous passiez au crudivorisme ?

Plusieurs courants se dessinent parmi les végétariens. Parmi eux, le « crudivorisme », c’est-à-dire le fait de manger uniquement des aliments crus, fait débat. Alors, pour ou contre ?

Cru ou cuit ? La controverse n’est pas nouvelle, et elle n’est pas prête de s’éteindre. En théorie, le crudivorisme consiste à consommer tous les types d’aliments sans les cuire, voir même sans les chauffer. Cependant, la plupart des adeptes bannissent la viande. En bref, ce sont des «végétariens-crudivores». Ce régime alimentaire est pratiqué depuis la nuit des temps. A tel point que le premier argument pour nous convaincre est de souligner que ce mode d’alimentation est celui prévu par notre métabolisme. Selon des études du Dr. Schnitzer, portant sur des comparaisons de dentitions ou de systèmes digestifs, il semblerait que l’homme n’appartienne, ni à la classe des carnivores, ni à celui des omnivores, mais bien à celle des mangeurs de fruits et de graines comme nos cousins les singes.

Les bienfaits du crudivorisme

L’élément clé de ce régime est la conservation des enzymes, ces molécules garantes des capacités du corps humains à se régénérer et à se protéger. Elles sont présentes dans toutes les espèces vivantes. Cependant, il s’avère, après des dizaines d’années d’études, que les enzymes végétales (contenues dans les fruits, les fleurs, les plantes ou les racines) sont les plus efficaces. Le problème ? Chauffées (dès 48°C), ces enzymes sont détruites. Elles obligent donc le pancréas et les organes digestifs à en sécréter de nouvelles. D’où des efforts de digestion, qui, à terme, affaibliraient les organes internes et conduiraient à des maladies et autres réactions, allant de l’acné au cancer en passant par la myopie. D’autant que plus on vieillit, moins les enzymes sont actives. Bien que l’on consomme des produits crus (salades, fruits), vous pouvez augmenter votre teneur en enzymes, en goûtant le lait d’amande, en consommant plus de céréales (le muesli sans sucre ajouté) ou en faisant vous-même de délicieux smoothies (voir recette plus bas)

Les enzymes ne sont pas les seules molécules qui se détruisent par l’action de la cuisine. En effet, la cuisson entraîne la destruction des vitamines A, B5, B6, B9, B15, C, E et F. Un passage en cocotte est encore plus assassin. Quand on sait que les légumes ou fruits traités chimiquement possèdent déjà un très lourd déficit en enzymes, vitamines et sels minéraux, cela revient à dire que l’apport bénéfique des petits pois de conserve, chauffés, sont proches de zéro. Il devient donc nécessaire de se procurer des légumes bio, sans traitements chimiques, pour parfaire ce régime. Les insecticides et autres fongicides, que nous trouvons dans presque tous les aliments modernes, modifient la structure même du fruit ou du légume. Il perd non seulement ses arômes, mais aussi ses bienfaits nutritifs. Achetez donc de saison ! Et puis, lorsque vous avez vos fruits/légumes bio en mains, n’enlevez pas la peau ! C’est souvent elle qui stocke les vitamines.

En plus d’un apport de vitamines et d’enzymes, il existe une très grande variété d’aliments riches en fibres alimentaires et en protéines. Les pois, l’avoine, les marrons, les épinards consommés crus provoquent plus rapidement un sentiment de satiété et de bien-être. Logique : ces aliments crus mettent moins de temps à se digérer. Une nourriture plus saine, qui entraîne une perte de poids, permet d’avoir une belle peau et réduit les risques d’accidents cardio-vasculaires.

Quelques nuances

S’il est vrai que la cuisson détruit beaucoup de propriétés des aliments, elle permet parfois de conserver la biodisponibilité (l’efficacité biologique) de certains aliments. C’est le cas des lycopènes (antioxydants) des tomates dont l’efficacité double après 30 minutes de cuisson. Et s’il est vrai que la cuisson réduit le potentiel anti-cancérigène des légumes tels que les crucifères (choux, navets…), il faut toutefois nuancer cette perte par le fait que l’on consomme plus de légumes cuits que crus.

Il faudrait sans doute faire le distinguo entre les différentes formes de crudivorisme, mais toutes ont un point commun : la consommation de fruits. Or, des médecins ayant reçu des patients crudivores ont décelé chez certains d’entre eux des symptômes de déminéralisation, de fatigue, d’hypertension… Il semblerait en fait que, selon certaines études, les fruits sont bons pour la santé, mais que surconsommés ils entrainent une déminéralisation de l’organisme, ainsi qu’un refroidissement général du corps et une acidification du système digestif.  Cependant, pas de conclusion hâtive : tous les crudivores ne souffrent pas de tels symptômes ! Enfin, un tel régime provoque régulièrement une carence en vitamine B12 (contenus dans les œufs par exemple), indispensable pour la stabilité du système nerveux. Ajoutez donc un complément alimentaire après consultation chez le médecin ou à la pharmacie.

– Attention : on ne peut conseiller ce régime aux femmes enceintes et aux adolescents en pleine croissance. En effet, l’apport énergétique de cette pratique est souvent plus bas que les besoins énergétiques de la personne.

Finalement, il faut être attentif à son corps et à ses besoins énergétiques. Si vous êtes fragiles à la base, ce mode de vie n’est peut-être pas fait pour vous. En revanche, plus qu’une habitude alimentaire, ce choix de nourriture peut être utilisé en cure à réaliser en été, quand les fruits abondent. C’est un vrai retour à la simplicité qui ne demande pas de temps de cuisine, juste un soupçon d’imagination et un zeste de variété.

Quelques recettes (tirées du site crudivorisme.com)


 

Ingrédients :

40 gr de noix de macadamia / 30 gr de pistaches / 15 ml d’huile de sésame / 15 ml d’eau filtrée / 10 ml de jus de citron / 5 ml de sauce anglaise vegan / 5 ml de tamari (sauce soja) / 5 ml de vinaigre de riz /10 gr de levure maltée / 6 pincée de clou de girofle en poudre / 2 grosses pincées de curry en poudre / 1/4 de concombre /12 tranches de betterave crue / 1 cuillère à soupe de menthe fraîche / 1 cuillère à soupe d’Huile d’olive à la menthe / Sel, poivre / Crème de vinaigre  Balsamique / 4 cuillères à café d’Huile d’olive au basilic / Basilic frais ciselé

Préparation :

– Dans un premier temps, rincer les noix de macadamia et les laisser tremper dans de l’eau filtrée durant 8h00. Faire pareil avec les pistaches.
– Verser les noix et pistaches dans le bol du mixeur plongeant (sans l’eau) et mixer grossièrement.
– Transférer la pâte obtenue dans un bol plus grand et ajouter les ingrédients suivant : Huile de sésame, eau, jus de citron, sauce anglaise vegan, tamari, vinaigre de riz, levure maltée, poudre de clou de girofle, curry en poudre et mixer afin d’obtenir une texture onctueuse et lisse.
– Garder au frais le temps de préparer la suite.
– Couper le morceau de concombre en petits morceaux. Saler, poivrer, ajouter la menthe et l’huile à la menthe. Mélanger et réserver.
– Trancher la betterave (le plus fin possible) afin d’obtenir 16 cercles.

————–

Ingrédients :
1 grosse poignée de têtes d’orties / 2 poignées de mûres / 1 poire bien mûre / 50 cl de jus de pommes

Préparation :
Déposez tous les ingrédients dans le blender et mixez.

Retrouver plus de recettes sur le site crudivorisme.com

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone