Et si le thermomètre s’envolait avant la fin du siècle ?

3590045-sick-earth-with-clipping-pathSi rien n’est fait, la moyenne des températures pourrait augmenter de 4 à 5 degrés d’ici la fin du siècle, selon le dernier rapport du GIEC (*) publié samedi à Berlin.

Il est encore possible d’agir, expliquent les experts de l’ONU dans leur 5ème rapport, mais il ne faut pas attendre pour limiter le réchauffement à + 2°C par rapport à l’ère préindustrielle. Pour cela, les émissions de gaz à effet de serre devront être réduites de 40 à 70% d’ici à 2050 par rapport à leur niveau de 2010, en changeant de fond en comble la politique énergétique au profit des énergies renouvelables. Or nous n’en prenons pas le chemin car les émissions de gaz à effet de serre continuent à augmenter et que le thermomètre a déjà grimpé en moyenne de près d’un degré en un siècle.

Pour le président du GIEC, l’Indien Rajendra Pachauri, il faut sortir du mix énergétique actuel dominé par le pétrole et le charbon et passer aux énergies renouvelables, ce qui aurait un impact extrêmement limité sur l’économie mondiale mais encouragerait l’innovation et relancerait la croissance, à condition que la volonté politique soit là.

Dans un autre volet du même rapport, le GIEC affirmait fin mars que le dérèglement climatique avait d’ores et déjà des impacts concrets et visibles « sur tous les continents et dans les océans », spécialement sur les ressources en eau. Il faut, avait expliqué le groupe d’experts, que les sociétés lancent dès maintenant des politiques d’atténuation et d’adaptation fortes pour se préparer aux changements.

Le 5ème rapport du GIEC doit servir de base scientifique à la communauté internationale pour la négociation d’un nouvel accord mondial de réduction des émissions de gaz à effet de serre lors de la prochaine réunion de la Convention des Nations unies sur les changements climatiques, à Paris, fin 2015. Cet accord prendrait la suite du protocole de Kyoto, adopté fin 1997.

(*) GIEC – Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat, sous l’égide de l’ONU

 

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yves Leers

Journaliste spécialisé dans les questions d’environnement (AFP), conseil en développement durable (L’Atelier du climat), ex responsable de la communication et de l’information de l’ADEME.