Et l’arbre de l’année est…

On connaissait les élections de miss, mais l’arbre de l’année, c’est une première ! Pas de défilé en bikini pour cette élection. Voilà qui fera plaisir à Mme de Fontenay. Rien à voir non plus avec la présidentielle de 2012, ici, pas de programme ni de promesse à tenir. L’arbre de l’année a été choisi pour sa beauté et son histoire avec les Hommes qui l’entourent. Une remise de prix toute en émotion.

A l’occasion de l’année internationale des forêts, le magazine Terre Sauvage et l’Office Nationale des Forêts ont organisé l’élection de l’arbre de l’année. Sélectionnés parmi cinq cent candidatures, vingt-six arbres ont été retenus lors d’une première sélection. Deux prix ont été remis : le prix du public et le prix du jury*.
Élu par un vote sur Internet, l’arbre girafe de Fouesnant (Finistère) a été choisi par les internautes. Le deuxième lauréat, c’est un pistachier-lentisque de Corse récompensé par le jury.

Les propriétaires des différents concurrents étaient réunis jeudi dernier, dans l’enceinte de l’Unesco à Paris, pour la remise des prix. Passionnés par les arbres, tous avaient une histoire à raconter.

De son pistachier-lentisque, Camille Peignier parle avec émotion : « Un jour, il y eu un incendie. Les pompiers sont venus pour sauver notre maison des flammes. Je leurs ai dit : « Une maison, ça se reconstruit. Occupez-vous de l’arbre ! » Je n’ai pas réfléchi sur le coup, c’est après que je me suis rendu compte de ce que j’avais dit et de l’attachement que j’ai pour cet arbre. ».

Jacqueline Ajer, présidente de l’association Prom’Haie, est venue assister à la remise de prix au nom de son association. L’arbre choisi par les bénévoles est un châtaignier séculaire. « Il fait 7 m de diamètre. On peut cacher quatre à cinq personnes à l’intérieur de son tronc. Il est creux. Il n’est pas mort, mais il est creux. Un arbre vit par son écorce alors l’intérieur importe peu. », raconte-t-elle.

L’élection de l’arbre de l’année, c’est l’accomplissement d’un travail d’un an pour Terre Sauvage et l’ONF. Emmanuel Boitier, le photographe, a parcouru la France pour prendre des photos et recueillir les témoignages des vingt-six concurrents. Un travail de longue haleine qui est exposé sur les grilles de l’Unesco jusqu’au 6 janvier. Terre Sauvage publiera aussi un numéro spécial sur l’opération début 2012. De quoi rendre immortels ces arbres qui ont su marquer la vie des Hommes.

* Le jury était composé d’une représentante du ministère de l’Écologie, Didier van Cauwelaert, auteur de Journal intime d’un arbre, Hervé Gaymard, président du conseil d’administration de l’ONF, Eric de Kermel, directeur de Terre Sauvage, Eric Falt, représentant de l’Unesco, Jean-Pierre Bugada, représentant de l’ONU, Jacques Rocher, président Fondation Yves Rocher, Alain Bougrain Dubourg, président de la LPO, Gilles Vermot-Desroches, président des scouts et guides de France et Leïla Shahid, déléguée générale de la Palestine auprès de l’Union Européenne.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone