Est-il bien sage de jouer avec 
le feu… de cheminée ?

L’hiver est bien là, l’envie d’ouvrir un livre et d’allumer un bon feu de cheminée se fait sentir. Mais finalement, est-ce bien écologique ? A lire également dans le magazine en ligne Néoplanète n°41.

wikipedia

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Production

Positif : Le bois est la première énergie renouvelable en France, devant l’hydraulique. Son impact environnemental est considéré comme neutre par l’ADEME car quand il brûle, il libère dans l’air le dioxyde de carbone qu’il a absorbé durant sa croissance sans émettre d’autre gaz à effet de serre. Mais en revanche il émet des polluants chimiques. On peut mettre dans sa cheminée plusieurs types de combustibles : bûche, plaquette forestière et bûchettes reconstituées. Le pouvoir calorifique du bois dépend de son taux d’humidité mais aussi de l’essence de l’arbre. Plus le bois est dense, plus il produit de chaleur. Privilégiez donc les bois de résineux (pin, mélèze, sapin, épicéa) et de feuillus (chêne, frêne). Les résineux sont déconseillés dans tous les cas : ils montent rapidement en température mais les résines se condensent le long du conduit, l’encrasse et peuvent provoquer des feux de cheminée. Les feuillus durs conseillés sont : le chêne, le charme, le hêtre, le frêne et l’érable (pour leur chaleur fournie par unité de volume). Le bois utilisé doit contenir moins de 20% d’humidité (environ 15 mois de séchage).

wikipediaNégatif : Il est préférable d’acheter du bois issu d’une entreprise labélisée PEFC (Pan European Forest Certification) ou FSC (Forest Stewardship Council). Ces labels garantissent la gestion durable des forêts et des processus de production. Pour savoir si votre bois est labélisé, rendez-vous sur le site internet de PEFC (http://www.pefc-france.org/), entrez le nom de l’entreprise ou son numéro d’usage que vous demanderez à votre fournisseur. Il existe surtout une certification à recommander : NF bois de chauffage Un foyer ouvert consomme beaucoup de bois pour un rendement thermique de l’ordre de 15% contre 75% pour un insert.

 

Usage

Positif : Pour démarrer sa cheminée, il existe de l’allume feu écologique composé de bois, de cire et de résine naturelle. Il fonctionne aussi bien que l’allume feu chimique à base de pétrole (non conseillé pour des raisons évidentes) et ne dégage pas d’odeur désagréable.

Négatif : En 2015, il sera totalement interdit en Ile de France et dans de nombreuses agglomérations d’utiliser les foyers ouverts pour des raisons sanitaires. En effet, ce sont de gros émetteurs de particules fines (PM10 et PM2.5) qui polluent l’air intérieur dont les effets négatifs sur la santé sont avérés (irritations, allergies, asthme, cancers…)… mais aussi de monoxyde de carbone (CO), de CO2, de COV, etc. Les risques d’incendie sont omniprésents, les principaux dangers étant que des débris enflammés soient expulsés du haut de la cheminée, que le conduit soit bouché et que la structure même de votre cheminée surchauffe. Le contrat d’assurances multirisques habitation vous couvre en cas de feu de cheminée. Mais le ramonage est obligatoire une à deux fois par an, selon les dispositions sanitaires de votre département (information disponible dans votre mairie).

wikipediaFin de vie

Positif : Les cendres sont un formidable engrais, riches en minéraux et un répulsif naturel contre les limaces. Utilisez-les pour préparer la terre avant semis ou incorporez les directement au compost. Pour cela il convient de tamisez les cendres pour ne conserver qu’une fine poudre et de l’épandre au, printemps ou à l’automne en fine couche sur votre potager, la pelouse, les massifs fleuris ou arbres fruitiers.

Conclusion : avec un foyer fermé, (labellisé Flamme Verte) vous n’avez plus de raisons de vous passer d’un joli feu de cheminée !

 

Retrouvez cet article et plus d’interviews, de photos, et de vidéos dans notre nouveau magazine online et interactif !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone