Entre deux eaux en Italie

Le lac d'Iseo, au nord de l'ItalieAu nord de l’Italie, sur la frange Est de la Lombardie, les lacs de Garde et d’Iseo distillent nature et romantisme. Destinations idéales de printemps.

Une eau particulièrement limpide, des plages ensoleillées, un climat propice favorisé par la barrière des Dolomites et une végétation luxuriante qui lui donne des airs de mer enchâssée entre les derniers monts des Alpes et la plaine de Brescia, le lac de Garde est le plus vaste de la Botte. Et l’un des plus beaux. A mi-chemin entre Venise et Milan, tout près de la mythique Vérone, il court sur 52 kilomètres de long, avec cinq petites îles et une superficie de 370 km2. C’est par le bourg de Sirmione qu’il convient de répondre à son invitation. Célèbre depuis l’Antiquité pour sa remarquable position au cœur du lac et ses eaux thermales, calé à la pointe d’une péninsule, étroite langue de terre pénétrant le lac sur plus de quatre kilomètres, la petite cité se conjugue en d’étroites ruelles et nombre de petites places intimes. Depuis le bourg, on peut facilement gagner les grottes de Catulle, chargées de traces de constructions antiques, dont la plus grande villa de tout le nord de l’Italie (avec 167 m de long sur 105 m de large !), accueillant probablement les empereurs romains durant leurs voyages.

Sur l'île de Monte Isola, seules ont le droit de circuler deux voitures, celles du médecin et du curé !A quelques encablures, résolument différent, glaciaire et préalpin, le lac d’Iseo s’étire lui sur une longueur de 28 kilomètres. Un paysage de maquis méditerranéen, une variété de sites sauvages se découpant sur un fond de hautes montagnes, des plages de galets, des rives tantôt escarpées, parfois sinueuses, reliées par la route ou par des navettes fluviales, séparant des bourgs tranquilles, comme Iseo ou le petit port de pêche de Pisogne, rendez-vous gastronomique d’un lac riche en aloses, en carpes, en tanches, en écrevisses, en anguilles, et d’une variété de truites. Aux portes du lac et au sud du village d’Iseo, jusqu’à Provaglio, on parcourt aisément une oasis naturelle, promenade peu commune dans les tourbières, étendues sur une poignée de kilomètres. Des centaines d’animaux, d’oiseaux, comme les hérons et les cormorans, et deplantes paludéennes ont trouvé ici leur habitat. Des parcours balisés facilitent la promenade, à travers petits ponts, chemins et postes d’observation.

Le lac d’Iseo se targue aussi de la plus grande île en Europe du Sud, Monte Isola. Douze petits villages colorés habillent cette île de 1 800 habitants, culminant à 600 mètres au-dessus des eaux, avec 24 kilomètres de route. Des chemins si étroits que seuls les minibus municipaux ont le droit d’y circuler, une légion de scooters et deux voitures : celle du médecin et celle du curé ! Pour les sportifs, on fabrique ici les filets des buts de la Coupe du monde football, pour les gourmets, dans toute la région, habillée de ses oliviers et citronniers, on peut déguster une excellente huile d’olive extra-vierge et les vins de la province, dont les fameux Groppello et Chiaretto.

Plus d’infos sur le site de Brescia et sa province

Carnet d’adresses est à découvrir page 2 ! 

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Jean-Michel Véry

Guitariste, compositeur, après dix ans de bons et loyaux services auprès de musiciens comme Andy Chase, Laszlo de Trèbes ou Vivien Savage, il débranche pour le journalisme et collabore avec L’Optimum, Le Figaro, Politis… Un père anglais et une mère égyptienne, aux ascendances touaregs, lui confèrent génétiquement le goût du voyage. Il signe régulièrement la rubrique « tourisme » pour Néoplanète.