Quand les énergies renouvelables se mettent au low-cost

©quelleenergie.frOn connaissait déjà les gammes discount dans l’alimentaire ou les compagnies aériennes utlra économiques. Maintenant ce sont les énergies renouvelables qui commencent  à proposer des prix plus bas que la moyenne du marché. Enquête.

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2013/04/L-energie-renouvelable-low-cost-1241375171.mp3|titles=L-energie-renouvelable-low-cost]

C’est le portail international Green et Vert, consacré au développement durable qui explique que depuis peu,  certains pays  veulent profiter du retard que prend l’Europe pour développer les énergies renouvelables. Une grande partie de la population, en France,  continue de ne pas y croire et de vanter le tout nucléaire alors que plusieurs pays étrangers ont compris la formidable opportunité qu’elles représentent.  On sait notamment que la Chine est en train de devenir l’un des meilleurs acteurs du marché. Plus nouveau, l’Uruguay. Le gouvernement a investi massivement dans l’éolien depuis 2011 et  aujourd’hui s’équipe en parcs éoliens et en centrales solaires. En multipliant les petites unités de production, le pays parvient  aussi à réduire les coûts de connexion au réseau et à développer l’énergie solaire à des tarifs presque deux fois inférieurs à ceux pratiqués dans le reste du monde.  Du coup, il s’attaque au marché du photovoltaïque et un décret va bientôt autoriser le fournisseur public d’électricité uruguayen, UTE, à acheter son énergie auprès des producteurs privés du photovoltaïque.

Concurrence déloyale ?©tutorialsnewsgroup

Non. Le prix d’achat du mégawatt est fixé à environ 69 euros en Uruguay alors qu’il est à 123 euros en Chine et 118 euros en Allemagne. Enrique Antía, le directeur d’UTE,  dit avoir déjà reçu plusieurs propositions d’entreprises espagnoles et italiennes. Leur but et leur argument marketing c’est « chez nous vous aurez les énergies renouvelables les moins chères du monde ». Forcément en temps de crise, c’est séduisant.  Une réussite qui s’explique par cette vision à long terme en matière de politique énergétique,  qui hélas n’est pas toujours le cas en Europe mais aussi  grâce rayonnement solaire qui atteint une moyenne 5 kilo Wats par mètre carré. Une aubaine !

©liliemcferrin.blogspotQuid du Mexique ?

 Le pays des sombreros se lance, lui aussi,  dans la course aux panneaux solaires. Récemment, la société mexicaine Solartec a racheté pour 47 millions d’euros la société belge Photovoltech, victime de la crise. Du coup, elle est devenue la première entreprise latino-américaine à fabriquer des cellules photovoltaïques. Baptisée Solarcell, la nouvelle usine occupera 2500 mètres carrés et devrait exporter des cellules photovoltaïques vers les États-Unis et même la Chine. Caramba!

Cette chronique « Environnement » a été diffusée le mercredi 4 avril 2013 sur Europe 1. Retrouvez chaque jour sur Néoplanète les chroniques « Bonne Nouvelle » et « Environnement » de Yolaine de la Bigne, enrichies de photos, de vidéos et de liens internet.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Mathilde Samama, étudiante en dernière année à Sciences PO, en Master Développement Durable.