Alimentation :

Enceinte et végétarienne : conseils pour bien vivre sa grossesse

Hélène Defossez, jeune maman végétarienne, nous propose un voyage de la grossesse aux premiers mois de bébé ponctué d’anecdotes. Une aventure qui voit défiler, au fil des pages de son ouvrage Enceinte et végétarienne (éditions Terre vivante), astuces et conseils pour bien vivre cette étape de la vie lorsque le végétarisme est notre quotidien.

Couverture du livre
Couverture du livre

L’état d’esprit et le mode de vie végétariens séduisent de plus en plus de monde, même des femmes enceintes ! Hélène Defossez casse les préjugés. Non, un végétarien ne mange pas de poisson. Non, il ne manque pas de protéines. Les protéines végétales contenues dans les légumineuses (soja, haricots, lentilles, etc.) et les céréales (avoine, blé, etc.) offrent tout ce dont son corps a besoin. Non, il ne manque pas de fer, particulièrement présent dans les noisettes, le quinoa ou encore les jaunes d’œufs.

Crédit : Annquasarano - Pixabay
Crédit : Annquasarano – Pixabay

Pour les femmes enceintes, ces préjugés énoncés peuvent devenir une véritable source d’angoisse. Il n’y a pas plus que leur santé qui entre en jeu mais celle de leur enfant également. Au travers son ouvrage Enceinte et végétarienne, l’auteure calme d’éventuelles peurs et remises en question. La conviction doit l’emporter sur les remarques d’éventuels proches accros à la viande sanguinolente. Une démarche pour les animaux, la planète, sa santé et l’avenir de son bébé : voici comment résumer le végétarisme.

Du pep’s pendant la grossesse

Face à la fatigue, le régime végétarien est source d’énergie. Légumes feuilles (épinards, chou kale, blettes) sont riches en fer, en calcium tout comme les algues, mais aussi en magnésium et en potassium.

Pour répondre aux envies gourmandes : place aux smoothies. Banane, poire, pomme verte, feuille de blette ou avocat, lait végétal, eau de coco, sirop de riz combiné à de l’huile de coco : le mélange parfait pour faire le plein de vitamines et de minéraux selon Hélène Defossez. Un bon remède contre les rêves obsédants de sucré. Privilégiez le sirop d’érable ou de riz à la pâte à tartiner, par exemple. Et pour remplacer les petits plaisirs chocolatées, optez pour la caroube, riche en fibres, nutriments et antioxydants. Sans caféine, pauvre en matières grasses, elle favorise la digestion et pourtant, son goût reste très proche de celui des carrés de notre tablette préférée.

Crédit : Bonbonga - Pixabay
Crédit : Bonbonga – Pixabay

« Il faut que tu manges pour deux ! », « Tu n’es plus toute seul dans ce corps chétif ! » : voici quelques-uns des soi-disant conseils que vous pourriez recevoir de votre grand-mère lorsqu’elle apprendra la merveilleuse nouvelle. Faux ! Il faut plutôt manger deux fois mieux. Privilégiez, pour vos salades en entrées ou en desserts, légumes crus ou cuits à la vapeur, huiles d’olive, de colza, de lin et fruits frais.

Les premiers pas en tant que végétarien

Après la venue au monde de bébé, cap sur les oméga-3 pour éviter tout risque de baby blues.

Contre les vergetures, déchirures, épisiotomies, la papaye et l’ananas contiennent une enzyme qui favoriserait leur réparation.

Crédit : Greg Montani - Pixabay
Crédit : Greg Montani – Pixabay

Dans le livre, tous les bienfaits de l’allaitement sont présentés. S’il dure au moins 6 mois, il permettrait de retrouver sa silhouette pré-grossesse pour la mère mais aussi de diminuer les risques de développer un cancer du sein et de présenter du diabète, tout comme pour l’enfant. Savourer le lait de sa mère réduirait le risque de mort subite pour ce dernier et développerait son quotient intellectuel plus que les adeptes du biberon. Si toutefois maman est réticente à l’idée d’allaiter, des laits infantiles végétaux existent. A base de riz, soja ou amande, ils offrent multiples bienfaits.

Crédit : Maria Garzon - Pixabay
Crédit : Maria Garzon – Pixabay

Passé le stade du lait, bananes, fruits rouges, mais aussi œufs, tofu, quinoa, carottes, pomme de terres, haricots verts, lentilles pourront progressivement faire leur apparition dans l’assiette de bébé. Objectif ? Favoriser sa DME, Diversification Menée par l’Enfant. Autrement dit lui faire goûter une palette d’aliments solides petit à petit. Et ce, dès 6 mois afin d’éduquer son goût.

Enceinte et végétarienne ! de Hélène Defossez :

Collection Conseils d’expert 

Éditions Terre vivante

160 pages – 19 euros

Disponible depuis le 13 mai 2016 en librairies, en magasins bio et sur boutique.terrevivante.org

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Marion Bordier

Férue de lecture, de photographie, d'écriture mais aussi de découverte de nouvelles contrées et cultures, le journalisme semble être une évidence pour Marion.