Edward Wilson récompensé pour ses recherches sur les fourmis

Edward Wilson, biologiste américain reconnu, a été récompensé pour ses recherches novatrices sur les fourmis. Un prix d’une valeur de 400 000 euros lui a été décerné pour l’ensemble de sa carrière.

40 ans d’enseignement à l’Université d’Harvard, 20 livres écrits et deux prix Pulitzer, la réputation d’Edward Wilson n’est plus à faire. Ce scientifique de 81 ans a été l’un des premiers à avoir analysé le comportement social des fourmis. A travers ses études, il a montré qu’elles utilisaient la phéromone, une substance chimique, pour communiquer et se diriger. « Mis à part les humains, elles ont le système social le plus complexe de toutes les créatures vivant sur Terre », expliquait-il lors de la remise de prix à Madrid (Espagne) le 8 février dernier. Pour ses travaux, l’homme, surnommé « Le seigneur des fourmis », a gagné le prix des « Frontières du savoir pour l’écologie et la préservation de l’environnement ».

Car son investissement va bien au-delà de l’univers des fourmis. Ce professeur, également conservateur d’entomologie (étude des insectes) au Museum de zoologie comparée d’Harvard, s’est aussi intéressé aux scarabées. A travers ses livres « The Diversity of Life », « Biophilia » et « The Naturalist », il a souhaité alerter sur les pertes de diversité animale créées par l’activité humaine. Le biologiste, créateur du terme de « biodiversité », a veillé à changer les comportements pour que chacun agisse afin d’éviter la destruction d’écosystèmes et d’êtres vivants importants à notre survie. « Les gens me demandent souvent comment je peux faire le rapprochement entre les fourmis et les hommes et je leur fais remarquer que l’étude des fourmis a eu un impact énorme sur l’étude du comportement humain », conclut-il.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone