EDF en guerre contre nos économies d’énergie

Boîtier BluePod - VoltalisL’entreprise Voltalis, qui fabrique des boîtiers permettant aux utilisateurs d’économiser de l’électricité, vient d’être condamnée à verser une taxe à EDF, qui s’estime lésée par ce nouveau système. Après l’annonce récente par le PDG du groupe d’une volonté d’augmentation des tarifs de 20%, cette nouvelle résonne encore comme un mauvais coup fait aux Francais.

C’est l’histoire d’une très bonne idée, celle d’un boîtier écologique pour économiser de l’électricité, qui rencontre le grand méchant loup.

Voltalis est une entreprise créée en 2007 . Elle a mis au point un boitier qui se fixe entre le compteur EDF et le tableau électrique et qui permet ainsi de réaliser des économies d’énergies déclenchées en temps réel par Internet (en suspendant par exemple le chauffage, la climatisation, etc.).
Il est destiné aux particuliers comme aux professionnels. Les économies d’énergies engendrées par le boitier allègent alors la facture des clients.

Eh bien c’est ça de moins qui tombe tous les mois dans les poches d’EDF ! Qui crie au scandale. Le groupe a saisi les tribunaux pour récupérer sous forme de taxe l’énergie qui aurait dû être consommée. Et pour le moment, la justice, en particulier la CRE (Commission de régulation de l’énergie), lui a donné raison.

Mais le PDG de Voltalis Pierre Bivas ne compte pas en rester là. Il déclare dans une interview au Parisien : « Cette décision est injuste et partiale. (…) Voltalis se réserve la possibilité de recourir à toutes les voies de droit pour faire rétablir la prééminence des consommateurs sur l’intérêt des fournisseurs, et au-delà, de l’intérêt général comme de la protection de notre planète, tous menacés par cette décision. »

On espère un sursaut de raison de la part du gouvernement. Car cette taxe pourrait s’élever à 80% des revenus de Voltalis.
Dans ce cas, autant dire adieu tout de suite à l’entreprise, comme à la bonne idée !

www.voltalis.com

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Tout juste diplômée en lettres et communication, Alexandrine fait ses débuts de journaliste au sein de la rédaction de NEOPLANETE. Elle s'occupe aujourd'hui principalement du contenu du site internet.