Eddynnovations : des tétards fluos contre les perturbateurs endocriniens

Alors que de plus en plus d’études nous alarment sur les dangers et l’omniprésence des perturbateurs endocriniens, des chercheurs de la startup française Watchfrog ont trouvé le moyen de détecter leur présence dans l’eau. Leur secret ? Des têtards fluo…

wikipedia

Comment ça marche ?

Les biologistes utilisent des larves d’animaux très sensibles aux perturbations hormonales (le médaka, un poisson originaire du Japon, et le xénope, une grenouille d’Afrique du Sud), dont sont responsables les pertubateurs endocriniens. En ajoutant des marqueurs spécifiques à certains gènes de ces larves, les chercheurs rendent visible cette sensibilité, les larves devenant fluorescentes lorsqu’elles se trouvent dans une eau polluée. Elles donnent même une idée du degré de pollution, puisque plus l’eau contient de perturbateurs endocriniens, plus les larves sont fluo.

A quoi ça sert ?

Au-delà de l’utilité première de cette technique (détecter la présence de perturbateurs endocriniens dans l’eau), celle-ci permet aussi de :

– vérifier que les composés entrant dans la composition de produits de grande consommation sont non-perturbateurs
– tester un grand nombre d’autres substances
– mesurer l’efficacité d’un traitement de l’eau (en comparant la fluorescence avant et après traitement)

Watchfrog ne s’intéresse d’ailleurs pas qu’aux perturbateurs endocriniens puisqu’ils ont aussi développé des techniques similaires pour détecter la présence d’autres substances dangereuses, telles que les pesticides, les plastifiants, et les résidus de médicaments et de cosmétiques.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Eddy Delcher

Après un séjour de sept ans en Angleterre et en Afrique du Sud au cours duquel il obtient un diplôme en journalisme, Eddy revient en France afin de poursuivre ses études. En 2014, il rejoint l'équipe de Néoplanète et contribue régulièrement au CNRS International Magazine ainsi qu'au journal du CNRS depuis 2012.