Eddynnovations : des robots pour sauver la planète

Nous ne sommes pas les seuls à nous battre contre le réchauffement climatique – les robots s’y mettent aussi ! Voici trois machines qui sauvent, à leur manière, notre planète.

wikipedia

  • Q-bot, l’isolateur : se chauffer consomme énormément d’énergie, et encore plus si notre maison est mal isolée. C’est pourquoi la start-up anglaise Q-bot a développé un petit robot capable de se faufiler sous les toits et les planchers pour installer de l’isolant en spray là où c’est nécessaire. Doté de détecteurs thermiques, celui-ci sait exactement d’où la chaleur s’échappe et peut donc rapidement colmater les brèches alors qu’il faudrait une semaine à une équipe humaine pour faire le travail.

q bot

  • Wave Line Magnet, qui produit de l’électricité et protège les côtes : la compagnie Sea Wave Energy a conçu une série de plateformes interconnectées flottant sur la surface de la mer et qui récolte l’énergie des vagues pour la convertir en électricité. Un dispositif complet serait, selon les créateurs, capable de générer 30 000 kWh, soit l’équivalent de 22% de la consommation d’électricité du Royaume-Uni. Atout supplémentaire, et de taille : en arrêtant les vagues avant qu’elles ne frappent la côte, ce système lutte aussi contre l’érosion, ou comment faire d’une vague, deux coups !
  • Un robot-cafard, ou cafard-robot, qui nettoie les égoûts : des chercheurs de la Texas A&M University ont relié un ordinateur miniature au système nerveux d’un cafard, et peuvent ainsi le contrôler à distance. Bien que cela ait l’air d’un gadget douteux, cela permet ensuite d’attacher des capteurs, des micros, et même des caméras sur l’insecte pour aller explorer des zones inaccessibles, ou difficiles d’accès, à l’homme. Bien que le dispositif ne soit pas encore 100% opérationnel, le robocafard pourrait dans le futur par exemple plus facilement déterminer la cause d’un blocage dans des égouts, ou examiner une blessure sur un animal sauvage qui risquerait d’attaquer l’homme.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Eddy Delcher

Après un séjour de sept ans en Angleterre et en Afrique du Sud au cours duquel il obtient un diplôme en journalisme, Eddy revient en France afin de poursuivre ses études. En 2014, il rejoint l'équipe de Néoplanète et contribue régulièrement au CNRS International Magazine ainsi qu'au journal du CNRS depuis 2012.